Youness

portrait

Description: 

 

 

 

 

 

 


Photos : Riad Beldjilali

Biographie

Youness El Ghezouli est Strasbourgeois depuis Noël 2004. Il vient de Fès, l’ancienne capitale marocaine où il a grandi, peu après être né le 11 avril 1983, à une soixantaine de kilomètres de là, à Meknès, ancienne capitale, elle aussi. Deux villes rivales, dépositaires de cultures puissantes mystiques ou profanes. Ainsi Youness est imprégné par le soufisme sans âge et la musique millénaire arabo-andalouse, raffinement hérité de l’Andalousie arabe cultivé par les juifs et les musulmans jusqu’à nos jours. Il transforme aussi en pop universaliste la transe gnawa, thérapie musicale inventée par les descendants maghrébins des Noirs africains. Youness chante des répertoires populaires tels le chaâbi du Maroc et le raï auquel il donne une touche acoustique avec sa guitare, alors que le genre arabe le plus connu du monde connaît une électrification tout azimut et pas toujours heureuse. Le chanteur ne dédaigne ni le violon ni la derbouka, qui ont fait les beaux jours de ce rock blues que se partagent Maroc et Algérie.
Souriant et serein, Youness est de cette jeunesse du monde arabe, les moins de trente ans qui font actuellement l’écrasante majorité de la population de cette région. Une génération qui s’est accaparé des réseaux sociaux Internet, adepte forcenée du texto lapidaire sur son téléphone portable, audimat fidèle des télés mondiales, des infos en continue d’Al Jazeera, la CNN qatarie, des reality shows et autres compétitions musicales qui starifient en quelques jours un parfait inconnu. Youness vient de cette loterie populaire des apprentis chanteurs. Il a été révélé au public du Maroc en 2003 en remportant Casting Star, la Star Academy locale, grâce à sa remarquable reprise d’un chant raï avec une voix fine, claire et puissante.
Mais il n’y a pas de hasard, puisque Youness a été élevé dans une famille de mélomanes où il poussait de la voix dès l’enfance parmi une fratrie de six enfants. « J’écoutais ma mère qui n’arrêtait pas de chanter dans la cuisine », dit-il pour expliquer une vocation confirmée par quatre années de conservatoire. Avant son premier album, l’artiste a signé deux succès d’amour chagrin, Pamela (« Reviens-moi ma vie ») et Latgoulili (« Ne me dis pas non »). Il chante aussi la nostalgie du bled, quelque regret de jeunesse, l’affection filiale, s’inspire de la chanson française, de la soul américaine ou de la grande musique du Caire. Avant d’être lauréat du concours télé marocain, Youness a forgé son style dans les clubs de nuit, fêtes de mariage, la meilleure école pour devenir chanteur populaire.

Par Hadi Omar | akhaba.com

Discographie
Albums relatifs
Mots cles
Région: 
portrait: 
Instruments: 
Partager | Translate
commentaires