Orquesta Aragón

portrait

Description: 

 

 

 

 

 

Photos : Lusafrica

Biographie

Le groupe donne son premier concert le 30 septembre 1939 à Cienfuegos, à l’occasion d’une fête privée, sous la direction du contrebassiste Orestes Aragón Cantero. C’est la naissance officielle de la formation baptisée dans la précipitation Rítmica del 39. Les musiciens sont jeunes et veulent montrer que, tout en restant fidèles au vieux danzón, leur façon de l’interpréter est pleine de fougue et de dynamisme. Fin 1940, le groupe adopte le nom définitif d’Orquesta Aragón et se taille une solide réputation à Cienfuegos puis dans toute la province de Las Villas. Dix ans après sa fondation, l’Orquesta n’a sans doute rien à envier aux meilleures formations de La Havane où il réussit à s’implanter de façon inattendue, puis, sous la direction du premier violon Rafael Lay, partir à la conquête du monde.

A La Havane, dans les années 1950, la grande vogue est au cha cha chá, du violoniste Enrique Jorrín qui est en train de conquérir la planète. Parrainée par Jorrín lui-même et le grand chanteur Benny Moré, la Orquesta Aragón devient l’orchestre de référence en matière de cha-cha-cha. Le groupe connaît son âge d’or dans les années 1950-60 avec, outre Rafael Lay, des noms qui ont fait la légende de la musique cubaine : Richard Egües (flûte), Pancho Arboláez (güiro), Pépé Palma (piano), Guido Sarría (congas), José Beltrán (contrebasse), Celso Valdés (violon), Orestes Varona (timbales), Felo Bacallao et Pepe Olmo (chant). A la fin des années 1950, l’Aragón enchaîne les succès : Calculadora, Sabrosona, Bombón chá, La Cantina, El Bodeguero (repris par Nat King Cole), La Muela

L'arrivée de Fidel Castro au pouvoir, le 1er janvier 1959, va redéployer l’assise internationale de l’orchestre. C'est la guerre froide, avec le blocus imposé par les Etats-Unis, et la culture, particulièrement la musique, est utilisée comme haut-parleur par le régime. En 1965, a lieu la tournée événement Music-Hall de Cuba, plus de 100 artistes, dont la Orquesta Aragón, se produisent à Varsovie, Moscou Berlin, Paris avec trois semaines à l’Olympia qui enthousiasment la critique et le public. La mode en Europe est alors au rock et au twist. Aragón enregistre plusieurs cha-cha-cha d’inspiration rock ou twist (shake) qui connaissent le succès. Le groupe a également enregistré des variations sur des thèmes classiques de Saint-Saëns ou de Tchaïkovski.

L’Afrique est l’autre grande aventure de l’Aragón. Après la décolonisation, le continent noir est en pleine ébullition et les oreilles des générations montantes sont tendues vers Cuba. En 1971, la Aragón découvre l’Afrique longtemps après que l’Afrique eut découvert l’Aragón, avec comme première destination la Guinée et le Mali, suivie de nombreuses autres tournées. L’Aragón reste le seul groupe cubain à sillonner toute l'Afrique; allant même jusqu’à inventer un nouveau rythme, le cha-onda, créé par le violoncelliste Alejandro Tomás Valdés à partir de sons entendus dans les rues de Conakry. Le groupe est toujours resté fidèle à l’esprit qui animait son créateur Orestes Aragón qui rêvait d’une famille régie par l’amour de la musique, et non par le désir de s’enrichir. Le rêve d’Orestes est une réalité depuis soixante-dix ans. Orquesta Aragón continue, dans ses concerts, de nous enchanter d’une musique légère, gaie et insouciante, porteuse d’un esprit de fête.

Lorsqu’en 1997, Lusafrica décide de signer Orquesta Aragón, la formation a certes changé depuis sa période fastueuse, mais, c’est un changement dans la continuité : Rafael Lay Junior en a pris la direction et le poste de premier violoniste, après la mort de son père dans un accident de voiture en 1982, et le doyen est maintenant le violoniste Celso Valdés, entré dans le groupe en 1960 ; la section violon étant complétée par Dagoberto et Lázaro González, père et fils. On retrouve dans la formation actuelle Ernesto Bacallao, le fils de Felo Bacallao, ou José Palma, fils de Pépé. A Cuba, de nombreux jeunes musiciens souhaitent entrer un jour dans la mythique charanga. Mais, la liste d’attente est longue, d’autant que la formation du groupe actuel est jeune avec des musiciens hors pair comme le timbaliste Horacio Rodríguez del Toro ou le flûtiste Eduardo Rubio.

Albums relatifs
Mots cles
Région: 
portrait: 
Partager | Translate
commentaires