L’aghanim

instrument
L’aghanim
Description: 

 

 

 


Photos Pierre D'Hérouville

L’aghanim tire son nom du roseau (ghanim en berbère). Eclipsé dans le folklore marocain par le chalumeau ghaïta/zurna à double-anche, cet instrument rustique a été peu observé jusqu’à nos jours. Il est l’attribut exclusif du boughanim, un sonneur-pasteur rare du Haut Atlas marocain, dont le répertoire a été révélé par les prises de terrain des musicologues dans les vallées enclavées des Aït Bouguemez. L’instrument, excessivement rare de nos jours, permet un accompagnement original des danses berbères (ahidous, rondes daour), avec une modulation agréable du volume sonore, comparé à la ghaïta.

Organologiquement, l’aghanim est une double clarinette en roseau de la famille des ney jofti (Iran), qomsheh/dozaleh (Kurdistan), mejwed (Palestine, Syrie), mizmar (Yémen), arghoul (Egypte). Toutes ces clarinettes nasillardes se distinguent des chalumeaux par leur anche simple battante. Elles sont construites par l’accolement de deux corps de clarinettes percées en roseau d’environ quinze millimètres de diamètre. Dans l’Atlas, on les colle avec de la cire coupée à la cendre, mais parfois de simples courroies en caoutchouc suffisent. Les anches simples sont entaillées dans la masse d’autres roseaux, plus petits, emmanchés dans les premiers.

A l’exception de l’arghoul égyptien, les double-clarinettes puisent habituellement leur puissance de l’unisson des deux clarinettes. L’aghanim, parmi les plus grandes de la famille, module le ton inhabituellement grave de ses grandes anches par son pavillon court en corne de vache ou en tôle roulée. Un appendice déjà observé sur la qarna du Mazandaran (Iran), ou sur l’impressionnant zamar des mariages marocains.

A l’usage, le répertoire musical de l’aghanim berbère est inexplicablement moins étendu que celui, par exemple, du ney jofti (Sud de l’Iran). Dédié aux danses villageoises berbères de l’Atlas, l’instrument est en effet joué en bourdon avec une économie monotone de son ambitus, les musiques à danser locales ne nécessitant que de courtes boucles mélismatiques dans le registre pentatonique.

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com

discographie
albums relatifs
Mots cles
Région: 
Thème: 
regions proches
régions proches: 
instruments proches
instruments proches: 
et aussi sur akhaba.com
et aussi sur akhaba.com: 
Partager | Translate
commentaires