Yom - New King of Klezmer Clarinet (2008)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/01-12/yom_kingclarinet_front.jpg New King of Klezmer Clarinet par Yom 3341348601694

Dès ce premier essai solo, le surdoué de la clarinette confirme ses dons en réussissant à restituer la tradition yiddish tout en la déroutant vers d’autres horizons.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 13
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com
Yom

New King of Klezmer Clarinet

label: 
Date de parution: 
2008
Réf
types de supports: 
Digipack
3341348601694
0

A dix-sept ans, Guillaume (Yom) était le benjamin de l’Orient Express Moving Schnorers, une bande de Parisiens survoltée qui avait fait souffler un nouvel air sur le klezmer français à la fin des années 1990. Il a sorti ce premier disque fin 2008, à vingt-huit ans dont vingt-trois passés à souffler dans une clarinette. Dès ce premier essai solo, Yom confirme largement ses dons de joueur surdoué puisqu’il réussit dans un même élan à restituer la tradition yiddish tout en la déroutant vers d’autres horizons, non sans une certaine malice.

D’ailleurs, le titre de ce disque est un clin d’œil et un hommage facétieux à Naftule Brandwein (1889-1963), Ukrainien du New York des années 1920-40 auto-proclamé roi de la clarinette klezmer, junkie génial de cette rencontre improbable à Brooklyn de la musique des juifs fuyant l’Europe orientale avec le swing des descendants des déportés africains. Un style qui arrivera jusqu'aux oreilles attrape-tout des tsiganes européens dont la musique nomade a déjà elle-même influencé la sensibilité musicale juive.

La parodie de Yom va jusque dans la présentation de son klezmer rock déguisé sur la pochette de l’album tel un rappeur couvert d’or et frimeur (pléonasme), la clarinette en guise de sceptre royal. Histoire de faire honneur à Naftule dont les compositions sont reprises avec quelques décalages, de la vigueur souvent, une manière parfois electro. Mais la révérence sait aussi se faire plus paisible avec des langueurs captivantes comme celle de The Rabi’s Disciple ; encore une pitrerie quand on sait que Naftule était plutôt un fidèle pratiquant du bar que de la synagogue.

Yom est ici accompagné d’Alexandre Giffard au tapan bulgare, Benoît Giffard au tuba et au piano, l’extrême Denis Cuniot. Le pianiste expérimentateur qui improvise follement sur le morceau The Hot Boiling Bulgar ou sur le dernier titre de l’album, appelé en toute logique yomienne Introduction. L’humour juif, Yom l’évoque aussi joliment dans le morceau Cascade of Sins faisant référence à cette culture yiddish qui mêle autodérision et mysticisme, notamment dans un rite où l’on jette ses péchés dans la rivière pour s'en laver. Yom est fils de psychanalystes séfarade et ashkénaze.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Instruments: 
Région: 
Thème: 
Partager | translate
commentaires