Yom et Wang Li - Green Apocalypse (2012)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/04-12/yomwangli_green_front.jpg Green Apocalypse par Yom et Wang Li 3341348602202

Des clarinettes klezmer, une flûte à calebasse et des guimbardes chinoises jouées par un duo parisien aux improvisations ébouriffantes, iconoclastes et captivantes.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 13
Type de produit: 
Album

Green Apocalypse

label: 
Date de parution: 
2012
Réf
types de supports: 
Digipack
3341348602202
0

Que peuvent se dire musicalement un Chinois élevé strictement dans un complexe résidentiel de l’armée chinoise et un Parisien déjanté fils de psychanalyses ashkénaze et séfarade ? Et bien un dialogue ébouriffant qui fait souvent croire qu’ils sont plusieurs musiciens à échanger dans un concert de sons telluriques, de déluge de notes vigoureuses, à l’exemple du tempétueux Underground Storm, qui pourtant commence par une guimbarde qui grince, une clarinette basse qui ondule, puis les deux instruments se lancent dans une danse saccadée, vive. Dans Tales Of Undergrowth, le plus long morceau de la quinzaine d’improvisation réunies ici, brasse tout dans un même chaudron, contemplation orientale, frénésie klezmer, ruptures free jazz et mélanges  méconnus. Un bourdon effréné qui sait se ménager des pauses plus méditatives, une fluidité apaisante. C’est la méthode générale qui imprègne l’ensemble de ce disque né du désir de jouer ensemble des deux musiciens après leur rencontre au Musée des Arts premiers de Paris.

Ici, il n’y a point de machines, mais des clarinettes, une flûte à calebasse et des guimbardes chinoises, peut-être une juive au milieu. Bref, une musique écolo-acoustique (pléonasme), quelque chose de minéral et de végétal comme ce Dream Of A Tree, onirique, parfois planant et auquel la guimbarde de Wang Li donne quelques ambiances psychédéliques. Art du détournement, ruse de l’inattendu, science de l’esquive, les deux compères réussissent à étonner, à désarçonner sans lasser par leurs expérimentations jubilatoires, complexes, complices. Un swing chamanique hors d’âge qui captive comme la transe de Drought et ses scansions saccadées, puis sa flûte qui installe miraculeusement un paysage de brume et de matin calme. L’accueil de Wang Li en en France par des pères séminaristes lui a été propice pour la méditation. Issu de la scène alternative parisienne en musiques du monde (et oui, cela existe aussi), Yom est déjà doué pour l’improvisation iconoclaste, la mélodie chamarrée et le gag musical. Il suffit d’écouter ses facéties survoltées dans le bien nommé Electricity, sur un disque fait de rythmes naturels, libres donc, avant qu’à la fin de l’album Paul Godfrey du groupe Morcheeba en fasse un remix sauvage et électro avec son Moog branché sur le secteur.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Instruments: 
Région: 
Partager | translate
commentaires