uKanDanZ - Yetchalal (2012)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/03-13/ukandanz_yetchalal_front.jpg Yetchalal par uKanDanZ 3341348602301

Un album revigorant qui projette la musique urbaine d’Addis-Abeba dans une autre dimension avec un son rock appuyé tout en restant une musique typiquement éthiopienne.

"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Yetchalal

Date de parution: 
2012
Réf
types de supports: 
CD
3341348602301
0

Damien Cluzel est un pionnier. Guitariste atypique, ce Lyonnais qui a étudié un bout de musique carnatique à Amsterdam est un des premiers Occidentaux à tendre l’oreille vers ce groove urbain, très souvent cuivré, étiqueté éthio-jazz, avant de se rendre dès 1999 à Addis-Abeba.

Yetchallal découle de sa rencontre au début des années 2000 dans la capitale éthiopienne avec Asnakè Guèbrèyès, chanteur et batteur reconnu de la place. Un album enregistré à Lyon avec trois compères du cru, Lionel Martin (sax ténor), Fred Escoffier (claviers), Guilhem Meier (batterie).

Le quintette uKanDanZ réussit un son résolument moderne et typique qui envoûte dès la première chanson réarrangée par Cluzel, Addis Abèba bété de la star Alèmayèhu Eshèté, une reprise sur-vitaminée tout comme la voix électrisée d’Asnakè Guèbrèyès.

La manière forte et dansante se confirme avec une autre adaptation, Bèlomi bènna, une composition de l’autre star d’Abyssinie, Mahmoud Ahmed. Le morceau Wub nat, composé par Guèbrèyès et Cluzel, enfonce le clou, ou plutôt un coin éthio-jazz entre rock et funk.

Mèdinana zèlèssègna, titre traditionnel remarquablement réarrangé par Damien Cluzel, nous emmène dans une transe hypnotique où la lente et vigoureuse montée vocale d’Asnakè est sublimée par une guitare lourde, le tout finement bouclé par un final de saxo ténor.

A peine le temps de souffler que déboule Aykèdashem levé, une sorte d'éthio-hardcore-fusion avec des rythmiques vocales à la Tlahoune Gésséssé, autre grande figure du swinguing Addis, suivi de Sènaderé, arrangé par Guilhem Meier, qui sonne comme un morceau de Sonic Youth qui aurait biberonné d'un trait l'éthio-jazz.

C'est tout simplement puissant. Du coup le nouvel intermède de Cluzel, Datsun Sèfer, nous permet de digérer avant d'être emporté dans une reprise pleine d'allant de l'exceptionnel Mèla Mèla, l’étendard du groove éthiopien, au final époustouflant ici.

Encore une pause, Mic-mac de Cluzel, et nous voilà repartis dans un vent de folie avec Bati + Zènèbèwèrq, magnifique éthio-rock à la Zappa. L’ultime morceau Sema nous laisse un peu sur notre faim, mais le disque reste véritablement une réussite revigorante et le groupe lyonnais mérite son nom: vous pouvez danser.

Par Jean-François Fontayne | akhaba.com

Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
Région: 
Partager | translate
commentaires