Tri Yann - Rummadoù (2011)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/07-11/triyann_rummadou_front.jpg Rummadoù par Tri Yann 3359340154216

L’album des quarante ans du plus grand groupe breton du monde qui raconte à travers l'histoire d'une famille la geste bretonne sur des musiques conçues comme des spectacles.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Rummadoù

label: 
Date de parution: 
2011
Réf
types de supports: 
Digipack
3359340154216
0

Quinze chansons couronnent les quarante ans du plus grand groupe breton du monde. L’octette Tri Yann, trois Jean, est sur les routes hexagonales cette année avec cet album sous le bras pour fêter avec ses fans l’anniversaire d’une formation qui conçoit toujours ses disques comme des spectacles : on a l’impression que la troupe « voit » ses musiques sur scène avant-même de les écrire. Parce que les compositions et les textes des Tri Yann sont toujours une plongée dans l’histoire, d’hier ou d’aujourd’hui. Un récit qu’ils costument sur scène.

Ce Rummadoù (générations), vingtième album original, commence au printemps 463 quand six jeunes gars quittent leur Ecosse natale pour piller avec les Pictes les côtes galloises et cornouaillaises où le plus jeune d’entre-eux s’amourache d’une jeune fille et fuit avec elle les conquérants Angles et Saxons avant de fonder famille dans le Finistère actuel. La saga a commencé et se poursuit jusqu’au XXe siècle, la geste bretonne racontée à travers l’histoire d’une famille.

Envahisseurs normands, croisade, peste, rattachement de la Bretagne à la France, révolte des Bonnets rouges, pêcheurs du Cap-Horn, Seconde Guerre mondiale, des épisodes chantés sur des airs de guitares acoustique et électrique, batterie, violon, whistle, programmation électronique, parfois une bombarde, une mandoline, un violoncelle. En français, en breton, en anglais, les chansons sont déclamées sur des airs aux résonances médiévales mêlées d’accords contemporains, marque de fabrique de Tri Yann. Ar Vikinged, l’assaut de Nantes par les Normands en 843, est chanté sur des riffs de guitare rock, semant un brin de vertige pour dire la fureur de la guerre.

La grande émotion vient souvent des ballades inspirées par la gwerz traditionnelle qui croise une mélodie orientalisante dans Le Retour de la croisade, celle du XIe siècle, la première, alors que Bosenn Langolen, marqué par la bombarde, évoque la terrible épidémie de peste de 1348, Complainte de Marion du Faoüet, la légende de la chef de 40 bandits d’honneur pendue à Quimper en 1755. Le Prisonnier de 39-45 parle d’espoir : « Le bruit court que l’on va rentrer à la maison/Je n’y crois pas vraiment mais le moral est bon ».

Pour le clin d’œil aux clichés sur la Bretagne, il faut écouter la recette de Pour faire de bonnes crespes, chantée comme un cantique. Pour rester dans les poncifs bretonnants, il y a toujours un peu de magie dans les compositions des Tri Yann, ces ménestrels du mystère.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Région: 
Partager | translate
commentaires