Tcheka - Lonji (2007)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/04-11/tcheka_lonji_front.jpg Lonji par Tcheka 3567250239323

Le chanteur guitariste capverdien métamorphose les rythmes farouches de son île natale en chansons douces, en compositions qui inspirent le lyrisme.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album

Lonji

label: 
Date de parution: 
2007
Réf
types de supports: 
Digipack
3567250239323
0

Au Cap-Vert, l’île de Santiago, la plus grande de cet archipel africain de l'Atlantique, est réputée pour la frénésie de ses rythmes qu’ils s’appellent funaná, finaçon, batuque ou tabanka. Tcheka en fait des improvisations douces, des compositions qui inspirent le bien-être. Pourtant le prodige chanteur guitariste raconte sur ce troisième album édité en 2007 des douleurs sans âge de pêcheurs, d’agriculteurs comme ceux de son village natal.

Il égrène aussi sur un ton confidentiel les battements de cœur d’un jeune transi d’amour (Da-um bu mon) avec des mesures sophistiquées de guitares, cor anglais et autre vaisselle comme une casserole ou une passoire à pâtes ! Une batterie de cuisine qui revient souvent sur ces quatorze morceaux concoctés par Lenine, maître-queux du rock acoustique brésilien.

Une production raffinée, une rencontre exceptionnelle d’où sort une musique émouvante, un chant précis et précieux comme Sabu, une inspiration coladeira avec trompette enjouée, congas douces et toujours les guitares, celle de Tcheka et de son complice de toujours Hernani Almeida, talent confirmé de la nouvelle génération de musiciens capverdiens, déjà adoubé par Bau, le plus célèbre mélodiste des cordes du pays.

C’est un univers capverdien bien sûr, mais Tcheka va aussi au loin (lonji, en créole) avec des compositions qui rencontrent le blues, le jazz, le folk, le rock, le Brésil et l’Afrique de l’Ouest. Les tempos farouches de Santiago sont métamorphosés en mouvements élégants, nobles, comme ceux de Tuti Santiagu où un fermier marie son fils sur une musique d’accordéon entier (Toninho Ferragutti), très rythmé pour lancer un funaná inspiré. Alors que sur Argui, ce sont des percussions plus mates, plus sauvages qui prennent le relais, à la manière du balancement vif de la guitare, de la cadence à contretemps de Lingui, adoucie par le trombone.

Le lyrisme cool de Tcheka est fait de poésie lumineuses qui parle de la vie des humbles, de leurs émotions comme celle de la première fois où l’artiste est allé au cinéma, Primeru bes kin ba cinema. Le chant un peu voilé est imprégné d’un peu de gravité, de quelque humour et de sensualité toujours.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Région: 
Partager | translate
commentaires