Tanzania Vocals 1950 (2003)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/04-15/tanzaniavocals_front.jpg Tanzania Vocals 1950 par 9789077068243

Tanganyika, 1950. Une savane de carte postale. Hugh Tracey a collecté de magnifiques chants de chœurs tribaux au cœur des rituels collectifs des Maasaï, des Chagga, des Gogo et des Sukuma.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 13.5
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Tanzania Vocals 1950

label: 
Date de parution: 
2003
Réf
types de supports: 
CD
9789077068243
0

Les rayons du soleil déclinent sur les contreforts du massif du Mont Meru (Tanganyika). Dans l'échancrure d'une immense clairière d'altitude, les tribus chagga ont aménagé une aire de danse. A travers les trouées plongeantes, les taches pastel de la savane d'Arusha poudroient à perte de vue. L'instant est saisissant : telles des fourmis, des centaines de guerriers en grande tenue s'apprêtent en rangs  pour la danse, la lance pointée vers le ciel. Boucliers en cuir, pectoraux colorés en perles... De la boucle de son fouet, le maître de cérémonie écarte les danseurs les moins biens parés dans leur élan. Après quelques minutes, six cents voix d'hommes et de femmes mêlées s'élancent en chœur dans l'immensité du paysage grandiose.

La démesure de cette compilation Tanzania Vocals oblitère la carte postale habituelle, fut elle par Carol Beckwith. Michael Baird réunit ici une poignée de chants tribaux collectés en 1950 aux confins du Tanganyika par le musicologue Hugh Tracey. Cinquante minutes de chœurs mixtes, louant à tue-tête les chasseurs et les guerriers, avec une énergie presque sauvage. Prises XXL, aussi authentiques qu'exceptionnelles, dont seule la saturation sporadique atteste des conditions techniques ardues.

Si on exclut les enregistrements des Nyamwezi, le CD offre d'ailleurs une belle homogénéité. L'évidente qualité esthétique des chants des Chagga, Maasaï, Gogo et Sukuma récompense le cloisonnement voulu avec sa contrepartie Tanzania Instruments (SWP 022). Une clé de lecture en rupture avec les compilations antérieures Songs & Instrumental Music Of Tanganyika (Decca, 1952) et The Music Of Africa Series - Tanzania 1 (Kaleidophone, 1972) de cette même campagne de Tracey.

L'auditeur s'appesantit ici volontiers sur les chants sukuma, et notamment l'envoutant Mudala mukamba nakangische, remarquable. La compilation restitue aussi, autant que le son le permet, le dodelinement des cloches et la superbe des chœurs gogo, qui impressionnèrent tant Tracey. Chorégraphie maasaï caractéristique, la danse verticale Embrukoi parachève le tout d'une touche caricaturale. Un vrai travail artistique de montage.

Réalisé à partir des notes d'époque du musicologue sud-africain, le livret prend un ton encyclopédique sous la plume de Michael Baird. C'est ainsi que les échos maasaï des grondements chagga rythmés trouvent enfin une explication plausible. Entre deux rappels historiques sur la traite arabo-swahilie au Tanganyika, l'auteur targue la tierce omniprésente du chant gogo de quadratonisme, etc...

Mais l'essentiel est-il bien là ? Ignorants que nous sommes de l'histoire tribale proprement dite, que nous enseigne cette musique, sinon un éblouissement renouvelé à chaque génération ? On se souvient de l’African Sanctus mystique de David Fanshawe (1942-2010). Une contemplation suspecte de nos jours, tantôt de naïveté, de condescendance, voire de voyeurisme. La candeur a cédé au réalisme. Au final, les sources authentiques se font rares pour raconter la beauté virginale de cette Afrique du Rift à nu. Dépoussiérées, les campagnes de Tracey en font partie. Une Afrique biblique, sans doute trop belle pour être vraie.

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com

extract1: 
Mots Cles
Instruments: 
Région: 
Partager | translate
commentaires