Sylvain Barou - Sylvain Barou (2012)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/06-12/sylvainbarou_front.jpg Sylvain Barou par Sylvain Barou AR001

Musicien sollicité, le souffleur breton a eu enfin le temps de finaliser son premier album solo, une musique impeccable jouée par une vingtaine de fines gâchettes.

"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Sylvain Barou

Date de parution: 
2012
Réf
types de supports: 
Digipack
AR001
0

En duo, trio, quartette ou en smala, le souffleur breton Sylvain Barou est de toutes les rencontres et aventures en musiques du monde, un musicien préféré des musiciens, expérimenté malgré son jeune âge (il est né en 1978), fort de ses participations à une trentaine d'albums. Il a eu enfin le temps de finaliser son premier album solo. Enfin, pas si solo que ça puisque le surdoué de la flûte traversière en bois est entouré par un casting impressionnant de fines gâchettes. Une vingtaine de joueurs qui rassemblent un spectre édifiant de styles, de manières, de savoirs, mais tous habités par la musique modale.

Une culture qui irrigue à la perfection cette douzaine de morceaux, de voyages qui (re)visitent notamment les terres celtes en commençant par l’Irlande avec force jigs et autres reels (The Naga Jigs, The Windy Set, Jd’s Reels). Alborada reprend un thème traditionnel des Asturies pour en faire une ronde énergique où giguent  de concert bodhran, bouzouki, fiddle, guitare, uilleann pipes. Bien sûr, la Bretagne est aussi représentée par ses musiques à danser, des ridées et plinns qui font le sel des titres… Ridées, Ton doubl plinn illuminé par un dialogue enlevé entre la guitare rock de Jacques Pellen et le tabla indien de Prabhu Edouard.

Il y a là-aussi de la gravité avec la reprise d’un traditionnel breton, Mélodie kozh qui fait pleurer biniou kozh et bombarde sur un rythme de gwerz émouvant. Un autre blues introduit une autre culture ancienne, l’art afghan de Sha Koko Jaan sublimé par le bansuri de Barou, le cistre de Ronan Pellen (neveu de Jacques), les zarb et daff de Keyvan Chemirani, la contrebasse de Julien Stevenin, la lyra de Stelios Petrakis ou la frappe magique de Prabhu. Avec Esfahan, composé par Keyvan, Hamid Reza Khabbazi déploie des accords de tar iranien quasi mystiques dans ce plus long morceau de l’album, près de dix minutes d’échanges dominés par des cordes inspirées (guitare, contrebasse, lyra, oud). Entre Est et Ouest, Sylvain Barou a trouvé la passerelle : Horos, une improvisation issue du répertoire balkanique, une sorte de jazz qui se transforme par magie en danse irlandaise.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez