Ruth Tafébé and The Afrorockerz - Holy Warriors (2007)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/07-11/ruthtafebe_warriors_front.jpg Holy Warriors par Ruth Tafébé and The Afrorockerz 826596026084

Un remarquable essai d’une jeune Ivoirienne qui chante comme une lady du jazz un afrobeat futuriste joué par un groupe habile en musique électronique.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 10
Type de produit: 
Album

Holy Warriors

label: 
Date de parution: 
2007
Réf
types de supports: 
Digipack
826596026084
0

C’est un afrobeat musicalement déjanté, bidouillé électroniquement et bien servi par la voix de Ruth Tafébé, qui peut faire lady du jazz ou timbre d’enfant espiègle. Il y a de tout ça dès le morceau initial, Mother, de ce premier disque de la chanteuse d’origine ivoirienne, venue étudier en France à quinze ans avant de se replier sur New York.

Un essai réussi d’une dizaine de titres publiés en 2007 où les effets et la programmation électro, notamment sur les trois minutes hallucinantes de Holy Warriors Part I, agrémentent des compositions vives, parfois cool, de guitare habile, de basse robuste, de batterie expérimentale, celle de Tony Allen, parrain des Afrorockerz, collectif essentiellement français d’une quinzaine d’artistes réunis pour l’occasion. L’ancien complice du fondateur de l’afrobeat, Fela Anikulapo Kuti (1938-1997), est présent sur toutes les chansons écrites par Ruth, mises en musique par Julien “Jujju” Raulet (guitare, synthétiseur) du groupe montpelliérain Fanga, autre belle révélation de l’afrobeat hexagonal.

D’ailleurs, leur rencontre est à l’origine du rassemblement Afrorockerz, formation où brillent congas, chékéré, tama ou trombone et baryton, sourds et épais, qui retrouvent un afrobeat plus originel mais déjà futuriste à l’exemple de Run Away, un des meilleurs morceaux de l’album, ou de l’excellent Corrupt. Le groove de Ruth Fatébé trouve ses racines dans son enfance passée en écoutant la discothèque parentale, afrobeat, certes, et aussi highlife, rumba, jazz, soul, funk, hip hop, Peter Tosh (1944-1987) ou Afrika Bambaataa.

Autant de références qui imprègnent la musique des Afrorockerz de l’ampleur d’un chant profond comme ceux de Celebrate ou Take My Soul avec sa  mesure doucement jazzy, une ambiance progressive, planante. Un afrobeat générique qui captive les esprits et fait bouger les corps.

Par Hadi Omar | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
Partager | translate
commentaires