Prophet 30 - Sitar de Bénarès (2001)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/02-15/sitardebenares_front.jpg Prophet 30 - Sitar de Bénarès par 28946845622

Deux râgas majestueux pour parachever une collection de râgas de Maîtres indiens initiée par Ocora trente ans plus tôt, avec Shivkumar Sharma, Ram Narayan et Hariprasad Chaurasia.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 13
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Prophet 30 - Sitar de Bénarès

label: 
Date de parution: 
2001
Réf
types de supports: 
CD
28946845622
0

Lors d’un voyage à Bénarès en 2000, le musicologue Charles Duvelle a enregistré le sitariste Amar Nath Mishra, ainsi que Chandrakant Prasad, le flûtiste réputé de Ravi Shankar. Editées en deux albums monographiques, ces prises majestueuses parachèvent la collection Prophet avec un soupçon d’inattendu, et, par ricochet, le tableau de chasse de Charles Duvelle.

Dans la musique classique d’Inde du Nord, Bénarès compte deux écoles renommées, ou gharana. La première est la fameuse école de chant, nommée Banaras thumri gharana, remontant au 13ème siècle. On la distingue de l'école de tabla, baptisée sobrement Banaras gharana, remontant, elle, au 18ème siècle.  A ces deux lignages de maîtres, la famille du sitariste Amar Nath Mishra a donné une multitude de virtuoses avec la constance d'une caste.

Une fois sa formation de tabla acquise, Amar Nath Mishra bifurque vers le sitar indien lorsqu'il découvre Vilayat Khan (1928-2004) et Ravi Shankar (1920-2012). C'est alors le chanteur-interprète Shrikant Mishra en personne qui l'initie à cet instrument. A force de travail, Amar Nath devient un virtuose en vue en Inde du Nord, et la reconnaissance atteint même ces dernières années un niveau national. A l’heure où Charles Duvelle capture les deux superbes ragas du CD, sa réputation est déjà bien assise.

Dérivé des rags « siamois » Yaman et Kalyan – littéralement « de Kali » –, le Raga Yaman Kalyana étale son académisme. L'interminable introduction alap expose en une lente progression planante les tons principaux du rag, puis les tons contigus, propres à son caractère. La théorie hindoustanie corrèle ce rag hypnotique aux premières heures de la nuit. Les musiciens l’interprétaient traditionnellement à l'heure correspondante. A l'alap, succède la pulsation cyclique usuelle des cordes sympathiques, ou tarafdar, du mouvement jhala. Enfin, le tabla de Kuber Nath Mishra rejoint le sitariste en un dialogue virtuose, ou gat. La langueur de ce râga magistral s'étend sur près d'une demi-heure inspirée, où, minute après minute, l'auditeur perd pied.

A l'instar du répertoire de Bénarès, les râgas d'Amar Nath font aussi la part belle aux formes semi-classiques. Le présent Raga Sindhu Bhairavi provient par exemple d'un chant dadra, que le classique hindoustani assimile au thumri, dérivé d’antiques chansons sentimentales du même nom. Au gré des usages occasionnels, tous ces genres dérivés ont élidé la construction classique.

Quelques siècles plus tard, le classique hindoustani intègre ces formes semi-classiques en son sein, à l’instar du chant thumri, qui louait auparavant Krishna dans les temples de Vrindavan et Mathura (Uttar Pradesh). Les artistes profanes l’ont amputé au 19ème siècle des atmosphères tonales d’alap. En résulte une énergie contrastant avec le râga précédent. Instrumental ou chanté, le genre est acclamé de nos jours à Bénarès, et l’oncle d’Amar Nath, le fameux Mahadev Prasad Mishra (1906-1995), avec lui. 

Sur ce thumri instrumental, le neveu opte pour la variante sindhi du rag Bhairavi, polarisée, quant à elle, sur les premières heures du jour. Ce rag, qui conserve le ton grave de la dévotion à Krishna, tire son nom de Bhairav, l’avatar terrifiant de cette divinité. Selon l’usage, le sitariste en conjugue la gravité dévotionnelle à la forme enjouée, chantante, du thumri.

Après Shivkumar Sharma et Ram Narayan, cette rencontre rayonnante est une incursion inspirée de Duvelle en terre hindoustanie. Une expédition sous le double signe du charisme et de la diversité formelle. Elle concurrence indéniablement la référence du genre : les grandes heures du label Navras.

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
Instruments: 
Région: 
Thème: 
Partager | translate
commentaires