Orquesta Aragón - The Lusafrica Years (2009)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/09-12/orquestaaragon_lusafricayears_front.jpg The Lusafrica Years par Orquesta Aragón 3567255624124

Les meilleurs moments des trois CD édités par le label parisien plus trois inédits de luxe où, entre cha cha chá, danzón, boléro, son et timba, rien n’y manque.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

The Lusafrica Years

label: 
Date de parution: 
2009
Réf
types de supports: 
Digipack
3567255624124
0

Les années Lusafrica (1998-2001) revisitent les meilleurs moments de la Orquesta Aragón pour le label cher à Cesaria Evora. Les reprises de la grande époque y abondent : le danzón Sí envidia, Así son bonco, Cuba Cubita Cubera. Ce dernier avait d’abord été enregistré par la Orquesta Cubana de Rosendo Rosell… dont les membres étaient majoritairement « aragones » en quête de quelques subsides extra et agissant ainsi à l’insu de leur maison de disque (RCA à l’époque).

Parmi les invités, on distinguera Omara Portuondo (Siboney), Cheo Feliciano (Son al son) et Felo Bacallao (Me boté de guaño). Felo, qui nous a quitté depuis, était la voix soliste de la formation cienfueguera, en alternance avec Pepe Olmos pour les boléros. Avant de s’installer au Venezuela, il avait laissé sa place à son fils Ernesto, histoire de garder la tonalité, sûrement.

Yaye boy, le grand succès d’Africando qui ouvre le bal, est certainement le titre le plus surprenant, le seul issu d’une culture étrangère quoique proche de par les racines africaines de la musique cubaine.

Enfin, trois bonus viennent compléter cette sélection, trois titres inédits dont on se demande ce qui a pu en différer la diffusion. Peut-être la simple idée de garder du grain à moudre. Ponte pa’esto mi comadre et Sale de aquí gandío fleurent la timba – forme actuelle de la musique populaire cubaine – tandis que Sube un poquito más nous renvoie aux années 1970, riches en expérimentations et renouvellement rythmique. Le titre était estampillé guachipupa, ce qui en cubain désigne un breuvage allongé d’eau à l’excès en raison de l’absence d’ingrédients plus substantiels. Une bien curieuse dénomination pour ce rythme des plus dynamiques !

Par Didier Ferrand | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Région: 
Partager | translate
commentaires