Omar Pène - Ndam (2009)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/09-11/omarpene_ndam_front.jpg Ndam par Omar Pène 3760051122485

Le leader du Super Diamono de Dakar chante le plus ouvert de ses albums, des ballades captivantes,des retrouvailles avec l'énergie du mbalax qui a fait sa réputation.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album

Ndam

label: 
Date de parution: 
2009
Réf
types de supports: 
Digipack
3760051122485
0

Avec ces douze chansons qui ressemblent à des prières, la super star des faubourgs populaires de Dakar signe l'un de ses meilleurs albums, un bel équilibre entre la tradition de son chant lancinant et les rythmes variés d'instruments plus récents, privilégiant l'acoustique. Ce Ndam, triomphe en français, sorti en 2009, est le plus international, le plus nuancé de sa discographie, à l'exemple du premier morceau qui donne son titre au disque, une ballade qui exhorte à l'effort déclamée avec douceur, rythmée par des percussions, de jolis éclats de saxo et trombone. Omar a posé sa voix sur une guitare acoustique, et Thierry Garcia et Alain Genty l'ont habillée avec du sur-mesure au gré de ce que leur inspirent les sonorités wolof du chanteur.

Ainsi, l'accordéon (Alexandre Leitao) prend un place royale, une nouveauté dans la musique d'Omar Pène, dès le second titre Sounou Xaléyi (nos enfants), une supplique émouvante qui demande aux jeunes Africains de ne pas tenter la traversée clandestine au risque de se noyer « pour un Occident qui n'est qu'illusion ». Pourtant, Omar a lui aussi connu le désespoir durant sa jeunesse quand, orphelin, il était martyrisé par sa marâtre, fuyant la maison paternelle pour les rues de Dakar avant de trouver son espoir dans la musique.

Il chante aujourd'hui Yaye (maman), une frappe aiguë de tama, des cuivres tranchants, une voix tendre qui s'enflamme pour pleurer une mère partie trop tôt sur une cadence mbalax revisitée. Le chant est encore plus poignant avec Sey (le mariage) sur une guitare, un banjo sobres, vaguement nostalgiques. Le leader du Super Diamono de Dakar, poursuit son exploration des thèmes de la vie quand il loue remarquablement l'amitié, Nit (l'ami), retrouve le rock mbalax qui a fait sa réputation, alors que et brillent les cuivres et claque le tama, le petit tambour d'aisselle réputé exciter les femmes.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Genre: 
Région: 
Partager | translate
commentaires