Minyo - Le chant profond de la Corée (2004)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/01-12/minyo_front.jpg Minyo - Le chant profond de la Corée par 3259130174076

Moins connu que la pansori, le minyo est un chant populaire coréen, fougueux et éloquent, à découvrir avec cet album qui nous plonge dans un univers florissant.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album

Minyo - Le chant profond de la Corée

label: 
Date de parution: 
2004
Réf
types de supports: 
CD
3259130174076
0

En Corée, comme au Japon (d'où il serait originaire), minyo est le terme qui désigne le chant populaire de transmission orale. Le minyo coréen déploie trois grands styles régionaux ayant chacun ses caractéristiques locales, comme ce CD nous le démontre en présentant deux versions du célèbre morceau Arirang. Globalement, si les musiques de cour coréennes se distinguent par leur hiératisme et leur solennité, le minyo fait état d'un expressionnisme plus fougueux et éloquent, porté par d'amples vibratos et des rythmes plus rapides (Odoltoggi, Le Chant du viveur, Le Chant de la jeunesse...).

Seul le namdo minyo privilégie des rythmes lents et une expression émotionnelle plus sombre, comme on peut le constater avec Le Chant du chagrin ou Six Mesures pleines, représentatifs de ce genre du Sud coréen que l'on dit plus « épicé ». Outre l’opéra populaire pansori, le minyo s'est également inspiré du chamanisme (Nilliriya, Le Chant de Sðuje) et du bouddhisme (La Récitation du Bouddha à la montagne), tout en affichant ses propres spécificités musicales qui alternent souvent chorale et chant soliste.

Toute cette diversité stylistique est particulièrement mise en lumière dans l’album du fait que pas moins de neuf chanteuses y ont été conviées à faire état de leurs prouesses vocales. Elles sont de plus accompagnées par cinq musiciens jouant de la vièle à pique haegeum, du hautbois piri, de la flûte traversière daegeum, des cithares sur table gayageum et ajaeng, et du tambour en sablier changgu. Le livret commente doctement l'origine et les caractéristiques des chansons sélectionnées (une quinzaine au total) et comprend même une traduction en français des paroles de chacune d'elles. L'auditeur a donc tout l'équipement qu'il souhaite pour effectuer une plongée prolongée dans le minyo coréen à l'univers florissant.

Par Stéphane Fougère | Ethnotempos septembre 2004

extract1: 
Mots Cles
Région: 
Thème: 
Partager | translate
commentaires