Mahmoud Ahmed - Ethiopiques 7 - Erè Mèla Mèla (1999)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/03-16/mahmoudahmed_ethiopiques7_front.jpg Ethiopiques 7 - Erè Mèla Mèla par Mahmoud Ahmed 3307518298026

Après Almaz (1973), Mahmoud Ahmed embarque à nouveau pour les aventures de l’Ibex Band. Enregistré à l’âge d’or de l’éthio-pop, ce mariage inclassable surprend par ses effets hypnotiques.

"Médias > Musique"
EUR 0
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Ethiopiques 7 - Erè Mèla Mèla

Date de parution: 
1999
Réf
types de supports: 
CD
3307518298026
0

A Addis-Abeba, la success-story de Mahmoud Ahmed appartient aux légendes urbaines de la période du déclin du Négus, décennies décadentes largement évoquées dans Swinging Addis (Ethiopiques 8) puis Ethiopian Groove (Ethiopiques 13). Employé à tout faire au Arizona Club, Mahmoud est révélé à vingt-et-un ans à la faveur d'un remplacement impromptu, un soir de 1962, au sein de l'Imperial Body Guard Band. Pour l'habitant moyen d'Addis, ce jeune premier de l'éthio-jazz n'est-il pas le même qui, il y a quelques mois encore, cirait les chaussures sur les trottoirs du centre-ville ? Des trottoirs du quartier de Piazza à la diaspora éthio-américaine, la reconnaissance internationale couronnera moins, vingt ans plus tard, le chef de file de cette scène qu'une longévité scénique exceptionnelle.

Cette permanence de Mahmoud Ahmed s'explique peut-être aussi parce qu'il a su négocier les bons virages stylistiques. A partir de 1971, les flammèches de la pop ne couvent plus sous la braise des brass bands d'Addis : elles l’embrasent dans une fournaise d’emprunts soul et funk. Suite à un premier 45 tours avec le Venus Band – le futur Wallias Band –, Mahmoud Ahmed fomente dès 1973 l'album Almaz (Ethiopiques 6) avec l'Ibex Band. Une formation plus ramassée qui substitue à la section de cuivres un quatuor redoutablement psychédélique : orgue Hammond, double sax et guitare électrique. Le présent album Erè Mèla Mèla (Kaifa Records, 1975) est leur seconde collaboration.

Dans le livret, Anaïs Prosaïc parle ici de « pop urbaine dansante, déchirante, électrique et cuivrée ». Hormis d'authentiques balades soul (Ebakesh tarèqign, Tezeta), l'Ibex Band distille une éthio-fusion relativement inclassable, dans la lignée de l'Alèm-Girma Band. Avec les bonus Bèmen sèbèb letlash et Fetsum denq ledj nèsh, les mélopées flirtent même avec les ambiances orientales. Ceci dit, le format long du 33 tours de 1975 favorise la concaténation de chansons en longs medleys continus, tout au plus entrecoupés de transitions étudiées. La réédition reproduit avec soin l'enchainement d'Abbay mado avec Embwa bèlèw, puis l'interminable séquence de Sedètègnash nègn à Endénèsh gèdawo. De ces versions résulte une impression de groove psychédélique, voire hypnotique, accentué par l'orgue sirupeux et la pédale wah-wah (Ohoho gèdama, Sedètègnash nègn).

Outre un clin d’œil aux racines rurales de l’artiste (Abbay mado), le livret de l’album s'avère largement sentimental, teinté d’introspections convenues de circonstance. N'en déplaise aux autres poulains de Kaifa Records, Mahmoud soupire ces chansons plus qu'il ne les vocalise, avec, comparativement, une voix virile « puissante, sexy, rauque, caressante, ondoyante, voilée », pour reprendre les termes d'Anaïs Prosaïc. Le chanteur en module l'intensité au gré des titres dans un registre restreint « du feulement au cri », inspirant tour-à-tour l'invective (Ashèwèyna) ou un certain enthousiasme (Tezeta).

Devant la censure recrudescente, Mahmoud Ahmed entreprend à partir de 1978 de distribuer lui-même ses productions en cassettes audio, et ouvre son propre commerce vers Piazza. Performer invétéré, il multipliera les apparitions avec le Roha Band – ex-Ibex Band – en occident de 1980 à 1990. Lorsque le label belge Crammed Discs le numérise en 1986, augmenté des singles Bèmen sèbèb letlash et Fetsum denq ledj nèsh de 1978, ce Erè Mèla Mèla au goût d’interdit est le premier album d'éthio-pop jamais pressé hors d’Ethiopie. Treize ans plus tard, la réédition du CD par Buda Musique le fait passer en Europe du simple buzz à la lumière.

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com

extract1: 
Mots Cles
Région: 
Partager | translate
commentaires