Mad Nomad and Dar Gnawa - Alwane (2012)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/10-13/alwane_liladerdeba_front.jpg Alwane par Mad Nomad and Dar Gnawa 3149028014020

Dédié à la cérémonie lila de derdeba des confréries gnawa, jazz innovant et film documentaire confrontent leurs points de vue, artistiques et ethnologiques.

"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album

Alwane

Date de parution: 
2012
Réf
types de supports: 
CD + DVD
3149028014020
0

Ce coffret est dédié à la cérémonie lila de derdeba des confréries afro-marocaines gnawa. L’IMA l’a voulu comme la confrontation complémentaire des points de vue artistiques et ethnologiques : respectivement par le CD Au-delà du rituel et par le DVD documentaire Au-delà de la musique.

A l’heure des diverses expérimentations artistiques néo-gnawa, le CD Alwane naquit de la rencontre fusionnelle du trio Dar Gnawa du chamane Abdellah Boulkhair El Gourd avec le Mad Nomad Quartet de Lyon. Or, le répertoire  magico-religieux de la lila de derdeba devait déjà à ce vétéran gnawa décidément aux idées larges, les profanations jazzy passées de Randy Weston ou Archie Shepp.

Alwane pour « couleurs », en l'occurrence : celles des huit génies possesseurs.  Le spectacle brut, enregistré en 2007, fusionne autant de litanies de la lila de derdeba que de couleurs patronales des génies, avec  des variations résolument jazz-rock. Refrains traditionnels et transes sont revisités tour à tour par concaténation ou par fusion, avec une facilité trompeuse.

En écho à la voix du Mâalem, le sax galvanise les invocations lancinantes, les dilate : Ouled Bambara et Moulay Abdelkader sont par exemple déstructurés par les dérapages tantôt modaux, tantôt rythmiques, des quatre français. Le guitariste capé Frédéric Louvet et le saxophoniste Thierry Beaucoup - le bien-nommé - y contribuent généreusement.  L'osmose des deux genres atteint un niveau rare sur Sidi Mimoun. Loin de tout repère, les sens se rendent à cette évidence esthétique.

Par endroit, la troupe enchaine simplement des intermèdes instrumentaux aux refrains récurrents (Pacha Hamou, Moulay Ibrahim). La ponctuation répétitive des refrains  s'amenuise dans de longues plages de sax aux ambiances alternativement hard bop ou cool (Moussa). Davantage que Shepp, peut-être, le quartet a fait la part belle au jeu gnawa, par exemple dans des escapades inédites de la basse avec le luth guembri (Smaoui, Lalla Malika, Bouhali).

Last but not least, les apartés de la guitare de Frédéric Louvet  sont des instants de bonheur indicible, quelque part entre Carlos Santana, Steve Vai et John McLaughlin (Ouled Bambara, Moulay Ibrahim).  La qualité musicale du spectacle, créatif et inspiré, témoigne d’une écoute mutuelle hors du commun entre les deux formations.

Adjoint au CD, le DVD du film Au-delà de la musique est le bonus discret mais autrement ambitieux du coffret : il défend une approche résolument ethnologique à travers le travail scientifique de l’universitaire Viviane Pâques. Aux explications du Mâalem El-Ayachi de Tamesloht, l’ethnologue répond, au fil des scènes, le sens symbolique de chaque geste de la lila, sa dimension cosmogonique, le jeu des rôles, etc…

Regard onirique sur l’univers, où s’accommodent croyances sahéliennes et dévotion aux Saints musulmans. Un travail de démêlement,  reposant sur les vidéos intemporelles de ses terrains. Ce travail symbolique, se réclame de Griaule et de Leiris, et occulte les études psycho/anthropologiques ultérieures par leurs pairs.

Après de nombreuses productions sur le Maghreb, l’IMA n’a pas mégotté sur l’ambition pour finalement traiter l’art gnawi en tant qu’imaginaire et que culture à la fois. Un sujet inépuisable. A la communion du concert succède une opportunité pédagogique réelle. La complémentarité des deux supports est doublée de leur consistance rare. 

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
Région: 
Partager | translate
commentaires