Le Meilleur du Congo (2011)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/10-11/lemeilleurducongo_front.jpg Le Meilleur du Congo par 3760051123154

Un CD et un DVD qui disent ce qui animent la scène congolaise actuelle, danse sexy, musiques survoltées, textes délirants avec quelques stars du soukouss et du ndombolo.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album

Le Meilleur du Congo

label: 
Date de parution: 
2011
Réf
types de supports: 
Digipack CD+DVD
3760051123154
0

« Tu veux manger piment dans ma bouche ? ». Ainsi commence Mpunda, le morceau qui ouvre le CD d’une douzaine de titres de soukouss ou de ndombolo. Derrière le titre prétentieux dénommant cette double compile audio et en DVD, on retrouve quelques stars (ex-Zaïre) de ces deux genres, enfants turbulents de la bonne vieille rumba congolaise, comme le sont le raggamuffin et le dancefloor par rapport au reggae. D’ailleurs, les interprètes congolais empruntent souvent ici les manières outrancières de leurs cousins jamaïcains. Juste retour des choses quand on sait que la musique jamaïcaine est fondamentalement issue d’Afrique.

JB (Jean-Bedel) Mpiana, l’ancien « président » du fameux groupe Wenge Musica (1981-1997), chante ou plutôt anime l’un de ses plus grands succès, Mpunda, six minutes de délire nourri par l’actualité internationale ou congolaise sur guitares survoltées, synthé intenable, une composition nommée « danse du cheval » et qui a fait danser en 2010 toute la jeunesse du Congo dite république démocratique et celle de l’autre côté du fleuve Congo, Brazzaville, d’un Etat tout aussi « démocratique », sur le papier, bien sûr. Jean-Bedel, surnommé, entre-autres, « Bin Adam », rondouillard tel le chef sioux Sitting Bull (vers 1831-1890), nous démontre sur le DVD sa chorégraphie hippique, version Crazy Horse (vers 1839-1877), cheval fou, vaguement inspirée de la tradition tribale congolaise kizubanata.

Démocratique, la compile nous fait aussi écouter le frère ennemi de Mpiana, Werrason, autre co-fondateur de Wenge Musica, dit « le Roi de la forêt », Ngiama Makanda, prénommé Noël parce que né un 25 décembre. Ce Tarzan de la jungle urbaine de Kinshasa déclame son tube de 2009, Techno Maléwa, un ndombolo harmonieux de guitares électriques tournoyantes, batterie entêtante. Une danse qui invite au vertige, alors que son aîné, Koffi Olomidé, le roi du soukouss et du ndambolo réunis, avec Effrakata et Bilan, intervient en souverain grave et parcimonieux, laissant l’essentiel des voix sur des tempos faits pour danser à ses vassaux dont Fally Ipupa, timbre remarquable de son groupe Quartier Latin International.

D’ailleurs, c’est Fally Ipupa qui chante la majeure partie du CD et du DVD. Paradoxalement, le jeunot revient au plus près de la rumba maternelle, la plus panafricaine des musiques du continent noir, avec ses mélodies captivantes, renouant avec celles des pères fondateurs du genre à la fin des années 1950, tout en y instillant quelque rap de sa génération comme dans son remarquable Sopéka. Il sait aussi réussir ce mélange de ndombolo congolais et de dancefloor jamaïcain, à l’exemple de Sexy Dance. Tout un programme.

Par Hadi Omar | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
Partager | translate
commentaires