Kíla - Gamblers' Ballet (2007)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/12-11/gamblers_front.jpg Gamblers' Ballet par Kíla 5391502370232

Ce huitième album studio du combo Dublinois est plus proche des racines gaéliques, remuant bras et jambes, tout en faisant montre d'arrangements originaux et variés.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 12.5
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Gamblers' Ballet

label: 
Date de parution: 
2007
Réf
types de supports: 
Digipack
5391502370232
0

Avec Kíla, on est toujours dans une Irlande ouverte au monde. Mais, ce huitième album studio du combo dublinois nous permet de retrouver aussi un Kíla plus « classique ». Les trois frères Ó Snodaigh et leurs camarades de frasques alignent des pièces qui n'ont aucun mal à faire remuer bras et jambes, tout en faisant montre d'arrangements originaux et d'une grande variété. Le titre qui ouvre ce disque, Leath Ina Dhiaidh A Hocht, a fait l'objet d'un single, mais pratiquement tous les autres morceaux pourraient être livrés en pâture aux radios tant ils ont tous des points d'attache assez accessibles, sans que l'on puisse cependant accuser le groupe d'une quelconque compromission. Les morceaux sont plus directs mais n'en sont pas moins sophistiqués et possèdent un groove phénoménal. Par exemple, Electric Landlady combine une rythmique percussive grisante avec une mélodie prenante au fiddle et un climat tout en apesanteur servi par les célestes cordes d'un hammered dulcimer et les notes sporadiques d'une guitare "space".

On retrouve cette même guitare spatiale dans Cardinal Knowledge, qui se distingue aussi par ses interventions appuyées de flûte et de mandoline. Il faut aussi souligner les effets sidéraux égrenés par le producteur Karl Odlum, qui fonctionnent à plein régime sur le quasi-transe Boy Racer, avec ses sonorités hallucinantes, brassant guitare électrique, boucles, uilleann pipes, kora, sarangi indien, orgue à bouche thaïlandais, et autres percussivey funny noisey yokes et wiggildedee tings ! Impossible non plus de résister à Dúisigi, son parfum des îles et son refrain onomatopéique dans lequel excelle la voix chaude de Ronan Ó Snodaigh, virtuose aussi du bodhrán. Avec Fir Bolg, on est transportés dans des Mille et une nuits à portée de fiddle, avec son thème orientalisant, renforcé par des clarinettes, tablas et dumbek.

Les fidèles de Kíla reconnaîtront dans ce disque trois compositions déjà gravées auparavant : les deux dernières pièces, l'instrumental Her Royal Waggledy Toes (avec son whistle jazzy à souhait), et la chanson Cabhraighí Léi ouvraient en effet l’album Live At Dublin (2004). Les versions présentées ici offrent des arrangements différents qui n'amoindrissent pas la vigueur des versions scéniques. De même, Seo Mo Leaba (issu d'un album solo de Ronan Ó Snodaigh) qui fermait le disque live dans un style épuré (Ronan au chant et Zakir Hussain au tambourin kanjira) revient ici dans une version plus habillée qui donne un autre relief au climat ombrageux de la pièce. Loin des collages artificiels et poussifs, le septette irlandais possède une facilité déconcertante à écrire des compositions à la fois ambitieuses et accrocheuses.

Par Stéphane Fougère | Ethnotempos janvier 2010

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Région: 
Partager | translate
commentaires