Kenyan Songs and Strings 1950 & 1952 (2006)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/10-15/kenyansongsandstrings_front.jpg Kenyan Songs and Strings 1950 & 1952 par 9789077068274

Brassant chansonniers urbains, lyres fébriles et chœurs d’adolescentes, Kenyan Songs and Strings est un hymne au Kenya rayonnant d’après-guerre.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 13.5
Type de produit: 
Album

Kenyan Songs and Strings 1950 & 1952

label: 
Date de parution: 
2006
Réf
types de supports: 
CD
9789077068274
0

En rupture avec l'inventaire ethnomusicologique d'Hugh Tracey de Tanzania Instruments (SWP 022) et Tanzania Vocals (SWP 023), ce Kenyan Songs and Strings s'immisce chez les chansonniers épars du Kenya d’après-guerre. Une culture polyglotte, souvent intimiste, qui s’entrouvre alors sur la ville et sur le monde.

Pendant la seconde guerre mondiale, des missionnaires britanniques s'étaient installés à proximité du village de Kapkatet (Ouest du Kenya). Ces colons incongrus, qui prélevaient  le  sang des indigènes Kipsigis pour transfuser les blessés de Sa Majesté, les fascinent. Plus étonnant, le son extraterrestre de leurs 78 tours inspire à ces nilotes une histoire étonnante : pour les Kipsigis, la voix du « Père de la Country Music » Jimmie Rodgers (1897-1933) ne peut émaner d'un chanteur mais plus sûrement d'un centaure surnaturel, mi-homme, mi-antilope, buveur de sang comme ses pairs. Rebaptisé localement « Chemi Rocha » (Jimmie Rodgers), l'animal les captive au point de devenir, à leur idée, un esprit redouté « shaitani » ainsi que le chant rituel yodlé qui le caractérise. Lors de son passage en 1950, l'ethnomusicologue Hugh Tracey enregistre pas moins de trois chants Chemirocha, accompagnés par exemple à la lyre kipukandet. La notoriété de Jimmie Rodgers fera celle de l’album homonyme de Tracey, bien en deçà de son public habituel.

Par ailleurs, cette compilation Kenyan Songs and Strings célèbre, comme son nom ne l'indique pas, la lyre des ethnies kenyane dans toute sa diversité. Commençons par le jeu rythmé, très « soudanais » des lyres chepkongo des Kipsigis (Kang'et Chorwet, Arap Chemonget). Il tranche par exemple avec le frisement des tendons des lyres basses thum des Luo, musicalement plus proches de la sanza des Shonas ou de la bagana d'Addis-Abeba. Les ethnies Luhya et les Wanga préfèrent, quant à elles, le jeu pincé, plus mélodique, de la lyre litungu (Makomere, Wanga Syeche), une lyre jouée horizontalement, également observée chez les Kurya (Nord-Tanzanie). Enfin, les lyres énergiques des Nandi sont égayées par un jeu brossé inédit, résolument guitaristique.

Cet inventaire est agrémenté d’autres rencontres vocales, qui, nonobstant leurs qualités, contribuent à son éclectisme. Pas moins de huit chœurs villageois a capella, généralement de collégiennes, épicent ce mélange d'ambiances tantôt villageoises, tantôt gospels, parmi lesquelles le superbe Mulima Hale à deux voix.

Plus encore que Before Benga - Vol. 1 Kenya Dry (Original Music, 1993), ce Kenyan Songs and Strings plaide aussi pour les racines indigènes de la variété urbaine émergente. Car, dans les villes, Tracey observe dès 1952 les prémices de chansons urbaines de langues luo, kikuyu et luhya, toutes antérieures aux influences congolaises. Sur Kiss Cha Moto-moto, Johnny Cash semble s’être réincarné en chansonnier luo spirituel, tandis que l'accordéon du surprenant Okech Okelo fusionne concertina des townships (Lesotho) et style guitar and bottle (Zambie).

Perdu au milieu de cette agora musicale, le oud du Sheikh swahili Mbaruku (Habana Mapenzi) achève de démontrer l'hétéroclisme du compilateur. Certes, les admirateurs de Mohamed Hassan (Grande Comore) et de Zein Labdin (Mombasa) se régaleront de cette improvisation étincelante, bien servie par le nettoyage sonore poussé. Au final, on ne peut reprocher à Sharp Wood Records que d'avoir élagué autant d'innombrables matériaux d'Hugh Tracey en un unique CD, là où il aurait fallu, au bas mot, trois à quatre compilations de genres pour un territoire qui, de surcroît, en manque cruellement.

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com

extract1: 
Mots Cles
Région: 
Thème: 
Partager | translate
commentaires