Jaojoby - Mila Anao (2012)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/03-12/jaojoby_milaanao_front_0.jpg Mila Anao par Jaojoby 602527763446

Le feu follet de Madagascar signe un septième album nuancé, athlétique, parfois espiègle, marqué par un salegy vif et festif, un rock éreintant pour les hanches.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 13
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Mila Anao

label: 
Date de parution: 
2012
Réf
types de supports: 
Digipack
602527763446
0

« Manantany, les gens que tu as réunis ont envie de copuler » ! Manantany, cette invite irrésistible au relâchement est tirée d’un chant traditionnel et tient son nom de celui d’un Premier ministre du temps du royaume de Madagascar. Relayé par pas moins de cinq choristes, Eusèbe Jaojoby (prononcer jojobe) donne ainsi d’entrée de jeu le ton vif, festif, d’un rock né sur les hauts plateaux malgaches, éreintant pour les hanches, le salegy sautillant. Le tempo qui fait l’essentiel de ce septième album de l’elfe feu follet de Madagascar d’où il a internationalisé ce rythme. Marqué par l’accordéon, le chant Zao Z’araiky Fo est un étonnant mélange de joie et de douleur, celle de la jalousie maladive : « Moi seul aie le droit de te faire l’amour ».

Le salegy (prononcer salègue) prend une tournure plus nettement rock sur Resinao Zaho Niany, un des plus longs morceaux du disque, des plus nuancés aussi, porté par les riffs habiles et les tournures lyriques de la guitare d’Elie Luca Jaojoby ; le groupe d’Eusèbe est en partie constitué de membres de sa famille. Le chanteur décrit ici la passion tyrannique : « J’accepte tout ce que tu veux faire de moi/Même si tu veux me monter comme un cheval » !

Mais Jaojoby ne parle pas que d’amour vache ; il évoque aussi des maux endémiques du pays des zébus, l’un des plus pauvres du monde, comme dans Prezida (président). Une déclamation implorante, presque un cri de révolte mené toujours par la guitare rythmique, davantage cadencé par la batterie : « Ennemis des Malgaches la déforestation les feux de brousse la sécheresse/Si je suis Président j’enverrai l’armée combattre ces ennemis ». Le couple guitare batterie exulte sur Lohataona, exhortation ardente au reboisement par une voix féminine perçante et poignante (qui chante ? le livret ne le précise pas, hélas). Annoncé par un saxophone languide, Mila Anao (besoin de toi) est un moment de répit voluptueux, quand la guitare rappelle le doux vertige de la rumba congolaise dans cet album athlétique, parfois espiègle, tout comme Jaojoby.

Par Hadi Omar | akhaba.com

Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Genre: 
Région: 
Partager | translate
commentaires