James Germain - Kréol mandingue (2010)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/10-12/jamesgermain_kreolmandingue_front.jpg Kréol mandingue par James Germain 3760051122744

Le chanteur haïtien a enregistré entièrement cet album au Mali, entouré de quelques-uns des meilleurs musiciens du cru pour un voyage musical initiatique et envoûtant.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 10.9
Type de produit: 
Album

Kréol mandingue

label: 
Date de parution: 
2010
Réf
types de supports: 
Digipack
3760051122744
0

Haïtien, albinos, formé au chant dans les églises, James Germain est l'une des plus belles voix de la Caraïbe. A l'écoute de ce Kréol mandingue, une évidence saute aux oreilles : il est allé puiser aux sources de son chant gospel !

Enregistré entièrement au Mali où le chanteur vit aujourd'hui, malgré la superstition locale à l’encontre des albinos, Germain s'est entouré de quelques-uns des meilleurs musiciens du cru, originaires de plusieurs régions du pays, pour effectuer ce voyage musical introspectif et initiatique. Andra Kouyaté, le frère de Bassekou, assure au n’goni basse. La kora est jouée sur un morceau par Mohamadou Diabaté, le frère de Toumani.

James Germain délivre ici des émotions contenues pendant trop longtemps. La mélancolie des vibratos, les trémolos de la voix expriment sans retenue la conviction d’avoir enfin trouvé ses racines. Exorciser enfin la malédiction (?) d'être né Haïtien et albinos, mais surtout avoir découvert la raison, la mission de son chant.

Les instruments traditionnels s'imbriquent parfaitement dans les intonations d'un chant souvent incantatoire dont les textes, durs et réalistes, rappellent tout le mal-être, à la fois d’une île et d'un continent qui cherchent toujours leurs raisons d'espérer.

James, lui, semble les avoir trouvés dans cette rencontre avec le Mali, comme en atteste la diversité musicale des morceaux. Les joutes vocales avec la chanteuse malienne Pamela Badiogo où bambara et créole dialoguent avec bonheur, les intonations des deux langues s’épousant parfaitement.

Péyi a, le premier titre, résume parfaitement la teneur musicale de ce surprenant Kréol mandingue. Petites percussions diffuses, doun doun, calebasse, tama encadrent des cascades d’accords de guitare cristalline. Sur Nou pralé, dont les chœurs maliens nous « maraboutent » sur les bords du fleuve Niger, le chant des femmes berce les taches du quotidien.

L'introduction de Divino, petit « clin de voix » aux grands de la soul américaine -on pense à Marvin Gaye, à Stevie Wonder. Le lancinant chant traditionnel Lenglensou ou encore Famadé, rythmé par une kora percutant, chanté avec Batoma Sissoko, clôturent en beauté un album envoûtant.

Par Jean-My Cochois | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Région: 
Thème: 
Partager | translate
commentaires