Ildo Lobo - Incondicional (2005)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/03-11/ildo_lobo-incondicional_front.jpg Incondicional par Ildo Lobo 3567250232027

Le regretté crooner capverdien chante son dernier disque, des mornas qui font chavirer le plus endurci des cœurs, deux ou trois lascives coladeiras, du batuque frénétique.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album

Incondicional

label: 
Date de parution: 
2005
Réf
types de supports: 
CD
3567250232027
0

Ils étaient tous là. Chacun avait sorti son instrument pour accompagner le long d’un cortège de près de dix kilomètres la plus grande voix masculine du Cap-Vert, chapelet d’une dizaine d’îles au large du Sénégal, affranchi de l’empire portugais en 1975. Ildo est mort le 20 octobre 2004.

Cet ultime disque publié en 2005 est devenu malgré lui le testament de ce crooner à la voix envoûtante, notamment quand il ouvre son album par la seule chanson qu’il en ait écrite, Nha fidjo matcho, un spleen bouleversant où le père conseille à son fils : « N’ouvre pas la bouche pour chanter/Si tu chantes ou tu joues/Les belles femmes seront ta perte ». Suite à une déconvenue conjugale, Lobo, séducteur impénitent et infidèle (pléonasme), prenait son premier whisky de la journée dès le petit-déjeuner.

Il chantait peu, n’allait plus en studio jusqu’à cet été 2004 où il semblait retrouver goût à la vie en enregistrant à Paris, ce poignant album rythmé de piano, guitares, cavaquinho, saxo, violon, avec les musiciens de Cesaria Evora, la diva qui a fait connaître leur petit pays au monde.

Comme son aînée, Ildo chante ici des mornas, des blues insulaires cousins du fado portugais qui font chavirer le plus endurci des cœurs, et aussi deux ou trois coladeiras, rythme lascif collé-serré, ou le superbe Raboita mundo (où chante Lura), un des deux ou trois batuques du disque. Cette cadence noire qui soulève la terre ingrate du Cap-Vert, continuation du Sahel désertique dans l’Atlantique.

Bel homme, grande gueule, Ildo était leader d’Os Tubaroes (les requins), le groupe envoyé à l’étranger par le régime marxiste issu de l’indépendance pour chanter aux quatre coins du monde la culture du Cap-Vert où onze habitants sur dix son musiciens, dit-on. Ildo Lobo est mort à cinquante-et-un ans.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Région: 
Partager | translate
commentaires