Ihsan Rmiki - Al-Samâa : audition spirituelle extatique (2004)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/09-13/ihsanrmiki_al-samaa_front.jpg Al-Samâa : audition spirituelle extatique par Ihsan Rmiki 794881761722

Dans l’esprit des réunions confrériques extatiques, Ihsan Rmiki revisite les la tradition soufie médiévale, au son des suites gharnati.

"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Al-Samâa : audition spirituelle extatique

Date de parution: 
2004
Réf
types de supports: 
Digipack
794881761722
0

Entre gnose et élitisme, l'extase des lettrés soufis culmine dans les samâa, récitals spirituels d’inspiration profane, souvent décriés. Le mystique Abul Qasim Qushayri (986-1074) la définit comme suit : « L’audition spirituelle est la saisie des choses cachées (…) au moyen de l’audition des cœurs par la vertu du discernement des réalités (…). C’est l’écoute par le cœur des discours du monde invisible. »

A l'avènement des Alaouites (1660), les confréries citadines marocaines ont adopté à ces fins rituelles la tradition musicale arabo-andalouse de Grenade, ou gharnati. Rares sont celles qui favorisent encore cette orchestration aux pratiques collectives réformées (dhikr, madih). La cantatrice tangéroise Ihsan Rmikki a convaincu l'ensemble Al-Jûd d'interpréter en public ses suites initiatiques écourtées, d'obédience madianite/shadhilite.

La réunion puise parmi les joyaux poétiques de la genèse du shadhilisme maghrébin, tels qu'Abû al Hassan Shoushtari (mort en 1269) et Sidi Abû Madyan (mort en 1197), contemporains d’Ibn Arabi. Poèmes gnostiques méconnus, qui n'ont rien à envier à Hafez, Rumi ou Nazemi. Les formes classiques barwal et muwachchah, adaptés aux suites écourtées de gharnati, reluisent d’un éclat oublié.

L’ensemble Al-Jûd interprète le récital initiatique en quatre suites, réunies ici sur deux pistes. La vièle arabo-andalouse rabâb d'Ahmed Bzari introduit magistralement la première. Entre mode hijaz et mode raml al-maya, la suite se poursuit par la Salutation rituelle, avec une solennité sublime, quasi mevlevi.

La seconde, après deux épisodes non métrés, célèbre la Soumission éveillée du mystique : apologie de l'Abandon martelée par un mouvement final triomphant (Atteinte de l'union spirituelle) de forme al-khafif.

La troisième suite rend d’abord hommage au Nom Divin. S'ensuit une cascade de poèmes célébrant l'Ivresse, métaphore usitée de la Connaissance (Chemin de l'Ivresse) chez les soufis. L’interprète habite le poème avec des tremolos contenus, entre aspérités et fragilité. La séquence des mouvements successifs mawwâl, darj, quddâm, s'emballe alors légèrement, ébauche un semblant d'ivresse.

Ce samâa shadhilite puise davantage son extase des arabesques vocales gharnati surchauffées que de la transe vertigineuse ou répétitive. Dans l’élan des mètres de plus en plus rapides, les mystiques transportés se consument en extase, sensorielle et spirituelle à la fois. La dernière suite (Aboutissement de la quête) se termine également en apothéose victorieuse, de forme darj.

Ce projet a porté Ihsan Rmiki au firmament des nouvelles voix arabo-andalouses. Avec l’ensemble Zaman Al Wasl, elle s’ouvre dorénavant à des expériences nouvelles, avec une rigueur manifeste.

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
Instruments: 
Région: 
Thème: 
Partager | translate
commentaires