Idrissa Diop - Diamonoye tiopité (2010)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/10-11/idrissadiop_diamonoyetiopite_front.jpg Diamonoye tiopité par Idrissa Diop 5200115210027

Au sein de l’orchestre du Sahel, Idrissa Diop chante une époque mythique de la musique sénégalaise, ces années 1970 où le mbalax ancestral est bouleversé par la salsa.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 15
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Diamonoye tiopité

label: 
Date de parution: 
2010
Réf
types de supports: 
CD
5200115210027
0

L’époque est mythique, le groupe aussi : issu de Xalam, fondé à Dakar en 1969, l’orchestre du Sahel n’a duré que de 1974 à 1977, mais il est parmi ceux qui ont marqué la musique moderne sénégalaise. Le jeune producteur grec Adamantios Kafetzis a réussi à tirer de cette période cette douzaine de morceaux compilés en 2010, dont onze chantées uniquement par Idrissa Diop, l’un des quatre vocalistes du Sahel, formation salariée par l’homme d’affaires Ndiouga Kébé pour animer son club dakarois dont le groupe avait pris le nom. L’animation du Sahel Club, c’est à l’époque la reprise des tubes internationaux rock, pop, soul, rhythm’n’blues, variété française et surtout de la salsa, la composition d’un répertoire personnel où ces musiques croisent souvent le mbalax traditionnel. Idrissa chante de sa voix de tête, un peu voilée (la voix, pas la tête) quelques succès essentiellement salsa et mbalax, alors que le chef d’orchestre Cheikh Tidiane Tall joue une guitare électrique fabuleuse dans ses sinuosités déroutantes.

Caridad, chanson en espagnol que ne renierait  pas un salsero latino-américain, est une composition folle et merveilleuse, près de sept minutes de congas enflammées, d’orgue électrique lancinant, de trompette, saxo et trombone incisifs, et cette guitare déliée. Dioubo est plus sage, une danse langoureuse sur laquelle Tidiane Tall brode ses arpèges captivants. Sur l’instrumental Tioro Baye Thierno, c’est le sax qui s’adonne à ce genre de plaisir et le nôtre. Il le fait aussi sur Yaye Boye, un chant entêtant ornementé de riffs de guitare habitée. Kaële est une chanson plus proche du mbalax ancestral à l’exemple de Bamba, prêche exalté, prière sensible et appel du muezzin à la fois. Les sabars y sont obsédants, les cuivres tranchant. Parfois, le tama sème son grain de sel dans ces huit minutes d’incantation ensorcelante.

Par Hadi Omar | akhaba.com

Vinyl : 2LP Gatefold, Réf 5200115210010

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Genre: 
Région: 
Partager | translate
commentaires