Henri Guédon - Early Latin and Boogaloo Recordings (2004)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/07-11/henriguedon_front.jpg Early Latin and Boogaloo Recordings par Henri Guédon 826596026022

Le Martiniquais fou de salsa signe ici une quinzaine de chansons époustouflantes, entre précision rigoureuse et liberté jubilatoire, des musiques du bonheur.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 12
Type de produit: 
Album
selection akhaba.com

Early Latin and Boogaloo Recordings

label: 
Date de parution: 
2004
Réf
types de supports: 
Digipack
826596026022
0

Rendons grâce au label parisien Comet Records pour donner une seconde vie au Martiniquais fou de musique afro-hispanique, Henri Guédon (1944-2006), avec cette superbe compilation sortie deux ans avant sa disparition à Paris. Parmi ces quinze titres, il y a deux morceaux époustouflants, Los Antillanos de Paris (plus de 8 minutes) et Vulcano (près de 6 minutes), un guaguanco et une descarga extraordinaires, entre précision rigoureuse et liberté jubilatoire que ne renieraient pas les grands musiciens latinos de salsa, ceux de New York, les Nuyoricans, néologisme inventé par les Latino-Américains de la Grosse Pomme pour s’auto-désigner.

D’ailleurs, Guédon a joué avec quelques stars du cru, les Portoricains Ray Barretto (1929-2006) et “El Rey” Tito Puente (1923-2000) ou le Cubain Alfredo de la Fé que l’on retrouve au violon sur Faut pas pousser, tube dansant et amusant. Cette compile de titres datant des années 1960-70 exprime avec force l’amour d’Henri “Kiké” Guédon pour les rythmes des barríos new-yorkais tel le boogaloo, ancêtre de la salsa, avec son étonnant Shiga Swing, la bomba portoricaine d’An Ti Fi chantée en créole, ou des rythmes paysans comme les guajiras de l’engagée Guajira Contestacíon mêlée de soul, de Descarguajira, une improvisation échevelée à l’exemple de Sainte Marie, musique de santéría ensorceleuse baptisée orisha soul.

Maître de la frappe, Kiké avait révolutionné les genres afro-latins en mettant en avant les percussions, une section de bongos, timbales, conga, batterie, suivis de sax, trompette, trombone, flûte, piano, cloches, basse, guïro. Des rythmes qui se mélangent aussi avec orgue et guitare électrique, Brujeria, ou une cadence antillaise, Machapia, des couleurs vives, captivantes. Il ne faut pas oublier que Kiké était aussi peintre, illustrateur, sculpteur et judoka, auteur de clés musicales qui ouvrent sur le monde du bonheur.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
Thème: 
Partager | translate
commentaires