Hassan Haffar - Suites d’Alep (2009)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/05-15/hassanhaffar_suitesalep_front.jpg Suites d’Alep par Hassan Haffar 794881921928

Pour cette anthologie de la poésie courtoise alépine, Hasan Haffar opte pour un registre vocal dépouillé, proche du chant confrérique.

"Médias > Musique"
EUR 15
Type de produit: 
Album

Suites d’Alep

Date de parution: 
2009
Réf
types de supports: 
Digipack 3xCD
794881921928
0

Bouleversée au 15ème siècle par la muwachchah andalouse, la suite classique arabe – en arabe : wasla – s'est métamorphosée depuis autour de cette forme poétique en Syrie et en Egypte. Jusqu'au récent Printemps arabe, la vieille cité d'Alep (Syrie du Nord) en abritait encore une variante vivace, à la croisée des échelles modales syro-ottomanes et de la poésie locale, d’inspiration soit courtoise, soit dionysiaque ou bien encore naturaliste.

Au siècle dernier, cette tradition alépine tenait à l’éblouissante lignée de chantres reliant Ahmad Qabbani (1841-1902) au muezzin Sabri Moudallal (1918-2006), en passant par ses maîtres Bakri Al-Kurdi (1910-1979) et Omar Al-Batch (1885-1950). Bien que tardives, les muwachchah des plus anciens d’entre eux passent à la postérité des onze wasla classiques d’Alep, lorsque Hassan Haffar, muezzin et compagnon de scène de Sabri Moudallal, les emprunte pour le présent coffret. Une véritable anthologie des suites, érigées par modes, fussent-ils peu connus (Yekah, Zanjarân, Bastanikâr ou Nakrîz).

Hassan Haffar propose une version tout à fait personnelle de la suite. Il renonce à toute orchestration, pourtant habituelle dans celles du Maghreb ou celles des Ottomans. Cet artifice déplace le sujet vers le seul chant choral. Voix et tambourin târ : le chœur éclipse impitoyablement taqsim et autres apartés instrumentaux de la suite, laquelle se réduit à son tour à un crescendo rythmique de choraux successifs.

Ce faisant, le chant prend une coloration musicale confrérique inattendue, quoique déjà révélée dans son album précédent Hassan Haffar et les Munsheds d'Alep - Chants d’extase en Islam (Warner, 1995). Hantée par son maître Sabri Moudallal, la voix d'Haffar, forte et nasale, porte avec la même énergie le lyrisme des poèmes courtois. Le musicologue français Bernard Moussali (1953-1996) a cherché le mot juste pour décrire cet effet jubilatoire de la puissance et de la poésie réunies : « [Hasan Haffar] nous invite à la voyance intérieure, à la catharsis des cœurs et à la sublimation des passions ».

Quand Haffar les a enregistrées en 1999, ses suites étaient, malgré leurs faux airs de cantiques, sa première production véritablement profane. Cependant le disque ne sortit en Europe que deux ans avant le vacarme de la guerre civile. Il constitue, malgré lui, le point d'orgue discographique de cette école, et le testament de l'Alep ancien.

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
portrait: 
Instruments: 
Région: 
Partager | translate
commentaires