Forabandit - Forabandit (2012)

http://www.akhaba.com/sites/default/files/covers/08-12/forabandit_front.jpg Forabandit par Forabandit 3341348602233

Un trio puissant où se croisent des traditions anatoliennes, occitanes, persanes et plus largement méditerranéennes partageant un même esprit : liberté et originalité.

label: 
"Médias > Musique"
EUR 13
Type de produit: 
Album

Forabandit

label: 
Date de parution: 
2012
Réf
types de supports: 
Digipack
3341348602233
0

Si vous aimez les musiques rebelles et les rencontres subtiles, vous ferez d'une pierre deux coups avec le superbe premier album du trio Forabandit (« être mis à l'écart », en occitan). Officiellement montée en 2011, cette petite association d'insoumis invente une musique originale et puissante. Une dizaine de pièces résolument méditerranéennes et actuelles, à la musculature affirmée et aux ondulations prononcées, pour servir des textes poétiques, classiques ou contemporains, témoignages de la résistance des hérétiques de tous poils et de tout temps.

Les chanteurs Ulaş Özdemir et Sam Karpienia menaient en parallèle des parcours assez similaires, jusqu'à leur rencontre en 2009. Özdemir est musicien-chercheur turc et ardent défenseur des traditions musicales liées à l'alévisme (islam hétérodoxe proche du soufisme et seconde religion de Turquie après le sunnisme). Karpienia, titulaire dans la formation marseillaise Dupain, milite pour un occitanisme ouvert sur son temps, à moins que ce soit l’inverse ! Quant au troisième homme, capable en quelques frappes de zarb persan de cimenter les mélopées croisées de ses camarades, il s'agit d'un percussionniste qu'il n'est plus besoin de présenter : Bijan Chemirani.

La première pièce, mélange de deux poésies révolutionnaires et duo magnifique entre la voix éraillée de Karpienia et le timbre aérien d'Özdemir, donne d'emblée une couleur folk-rock à l'album, renforcée encore par un jeu de luths (bağlama et mandoloncelle) qui n'est pas sans rappeler ça-et-là celui de la douze cordes. Avec Forabandit, que les mélodies soient anatoliennes ou occitanes, elles trouvent toujours à s'écouler dans un prodigieux roulis de cordes et de peaux qui finira sa course dans la mer blanche. Amor de Luenh est un exemple significatif de cet allant musical, de ces mots mis en marche par la musique.

Une marche jamais freinée, même lorsque les complexités rythmiques se mettent en embuscade, comme dans le formidable cinq temps composé par Ulaş Özdemir, Dönen Dönsün. Signalons aussi Engabiolat qui utilise un aksak (rythme boiteux, ici en 3+2+2) très courant en Anatolie. Un morceau également marqué à sa toute fin par une fugitive expérience polyphonique à deux voix : moment de grâce absolu déjà relevé dans Paur ou Vesionari, mais que l'on aurait aimé goûter encore davantage ! Il fallait une musique de caractère pour servir ces chansons « fleurs rouges ». Suivant la grande tradition des troubadours occitans et de leurs homologues anatoliens, les ashiks, Ulaş Özdemir et Sam Karpienia ont su mêler leurs imaginaires en ce sens.

Par Mathieu Rosati | akhaba.com

Albums proches
Recommandé si vous aimez
extract1: 
Mots Cles
Instruments: 
Partager | translate
commentaires