Le Son Continu, tradition du futur

reportage

Le Son Continu, tradition du futur

description: 

 

 

 


Monde de Bohas © Patrice Dalmagne


Salon international d’instruments traditionnels et festival de musiques du même genre, Le Son Continu a livré, du 12 au 15 juillet au centre du Berry, au Château d’Ars, cher au cœur de George Sand, une 5e édition radieuse pour le bonheur de 16 000 festivaliers et 150 luthiers.


Confrérie de maîtres-sonneurs

Digne héritier des Rencontres internationales des luthiers et maîtres sonneurs de Saint-Chartier (1976-2013), en Indre, Le Son Continu, comme son nom le présuppose, poursuit la même coutume festivalière faisant accourir en cette 5e saison, mi-juillet 2018, près de 16 000 amoureux des musiques traditionnelles. Plus de 150 facteurs de France, Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Suède, Turquie y exposent instruments à cordes, accordéons, percussions, vielles à roue, flûtes, cornemuses dont des joueurs d’antan organisés en confrérie ont fasciné George Sand. Elle décrit dans son roman paru en 1853, Les Maîtres sonneurs, leurs rites initiatiques qui se déroulaient dans les souterrains du Château d’Ars.

Aujourd’hui, les exposants luthiers et maîtres sonneurs font de leur salon le plus important d’Europe en la matière. Le public néophyte ou connaisseur peut choisir, essayer, discuter avec les facteurs d’instruments et trouver la vielle ou la cornemuse de ses rêves. C’est une débauche de notes qui débordent allègrement de tous les stands où les musiciens jouent avec un plaisir infini dans une ambiance à la fois conviviale et studieuse. Les parquets accueillent des bals pleins à craquer où les danseurs infatigables s’élancent dans des bourrées énergiques ou des mazurkas intimistes.

Musiques irlandaise et africaine, uilleann pipes et kora

A la Clairière, la grande scène des concerts du soir, pas de grosses têtes d’affiche mais des spectacles inédits tel celui du Monde de Bohas, une fine fleur de sonneurs de cornemuse des Landes de Gascogne, ancienne et jeune générations mêlées qui donnent un concert exceptionnel le 12 juillet. Une soirée qui se poursuit avec Galandum Galundaina, quatuor de musiciens multi-instrumentiste venus de la province de Miranda, au nord du Portugal. Des voix chaudes et puissantes qui emplissent La Clairière alors que les cornemuses, flûtes et percussions invitent à la danse.

La programmation fait la part belle à la présence des groupes du Centre France. Vendredi 13 juillet, honneur donc au Trio Euphrasie des chanteuses Solange Panis, Margaux Pasquet et Elodie Suarez. Le répertoire du Bas-Berry d’Euphrasie Pichon est sublimé sur scène. A cappella, les interprètes chantent et dansent des extraits de bourrées. Leurs polyphonies et polyrythmies entraînent le public dans un superbe voyage de chants d’amour et de poésie. Le même soir, la carte blanche de l’uilleann piper Julien Desailly transporte l’auditoire dans un concert sans frontières. Avec ses différentes formations, ce jeune souffleur, lauréat du précédant concours d’instrumentiste de Le Son Continu, navigue entre musiques irlandaise et africaine, mêlant uilleann pipe et kora.

Bourrées, mazurkas, rondeaux, valses

Groove tribal et voix intense : San Salvador ou des polyphonies corréziennes à la recherche d’un folklore imaginaire, qui renouvellent les musiques trad avec des compositions originales. Le 14 juillet, entre énergie, poésie des chants traditionnels, rythmique incroyable, les six chanteurs et chanteuses ont enflammé le public.

Aux antipodes du Massif central, un trio berce le public aux mélodies de la lyre crétoise de Stelios Petrakis, de la vielle de l’Espagnol Efren Lopez et des percussions de l’Iranien Bijan Chemirani aux zarb, bendir et daf.

En fin d’après-midi du dimanche 15 juillet, Northern Company, composé de jeunes musiciens d’Ecosse et du nord de l’Angleterre, revisite avec brio des airs traditionnels avec des zestes d’influences classiques et jazz.

N’oublions pas la danse ! Pour tous les passionnés de bourrées, mazurkas, rondeaux, valses, Le Son Continu est un festival incontournable. Amateurs, débutants ou danseurs confirmés, pendant ces quatre jours de festival des ateliers se succèdent à la rencontre de différents répertoires, limousin, gascon, auvergnat, bourrée du centre. Le jeune public n’est pas oublié quand le bal des Quatre Saisons fait se déhancher les petits danseurs.

Scène participative, bal de minuit à la cour du château ou scène ouverte de la Pommeraie, les danseurs tournent et virent dès l’après-midi  jusqu’au petit matin. Coup de cœur pour le Duo Tic et Tac, deux très jeunes violonistes venu de l’Allier, au phrasé impeccable, simple et précis dans de superbes bourrées. Le festival touche à sa fin. C’est sous les lumières de la cour du château, dans une ambiance de folie dansante, et parquet bondé que le groupe belge Hot Griselda clôt la 5e édition de Le Son Continu.

Musiques traditionnelles du futur

Le musicien Jacques Guyard et Sébastien Tourny, facteur de vielles à la Châtre, qui font partie de l’organisation de Le Son Continu, donnent de précieuses informations sur la préparation du festival et sur les pratiques actuelles des musiques traditionnelles. Ou comme dit Sébastien Tourny : « Malgré sa peu de diffusion dans les médias, la musique traditionnelle d’aujourd’hui n’est pas figée dans le temps. L’ouverture des conservatoires à l’enseignement des instruments régionaux permet de faire un pont avec les musiques actuelles. Inspiré des thèmes traditionnels, les compositions récentes des jeunes générations de musiciens s’ouvrent sur d’autres genres musicaux, recherchent la nuance dans le jeu instrumental, de nouvelles sonorités et une bonne sonorisation ». Une façon de dire que la musique traditionnelle est une culture d’avenir. Rendez-vous est pris en 2019 pour la 6e édition de Le Son Continu avec son salon de lutherie et maîtres-sonneurs incomparable, ses danseurs increvables, ses musiciens et leurs spectacles toujours inédits, des musiques traditionnelles du futur.

Par Jocelyne Gallais | akhaba.com

albums relatifs
Mots cles
dans la boutique
et aussi sur akhaba.com
sur le web
Partager | translate
commentaires