Hommage à Cesaria Evora au festival d’Ile-de-France

reportage

Hommage à Cesaria Evora au festival d’Ile-de-France

description: 

 

 

 


Photo Patrice Dalmagne

Rendez-vous au Cirque d’Hiver vendredi 28 septembre, premier des trois soirs consécutifs de l’hommage du festival d’Ile-de-France consacré à la reine sans couronne du Cap-Vert. Les ouvreuses en veste rouge à brandebourg placent le public.

Pas de jongleurs, clowns ou trapézistes sur la piste, mais des musiciens conviés pour un hommage à Cesaria Evora, disparue en décembre 2011, après avoir révélé au monde entier pendant une dizaine d’années les musiques majeures de son pays archipel, la langoureuse morna et la lascive coladeira.

Animées par les musiciens de Cesaria Evora, sous la direction du jeune pianiste prodige Khaly, deux heures magiques gorgées d’émotion, de complicité, de sodade offertes à un public, toutes générations confondues. Le timbre un peu voilé de la Capverdienne Mayra Andrade surprend tant il rappelle celui de la diva.

Sous le chapiteau, se succèdent des moments intenses, à l’exemple de celui du duo formé par le Lisboète Camané, prince actuel du fado, et de la Parisienne Mayra reprenant une des plus captivantes interprétations de Cesaria, Mar azul.

Autre Parisien du Cap-Vert, le guitariste Teofilo Chantre, qui a écrit nombres de chansons pour la cantatrice défunte, lui aussi fait passer quelques instants de frisson avec sa douce voix, révélant sa grande affection pour son aînée.

Une douceur avec laquelle va trancher la pétillante Angélique Kidjo. L’énergie communicative, la Franco-Béninoise expatriée à New York fait se lever la salle pour entonner en chœur avec l’ensemble des artistes, dont le Franco-Angolais réinstaller à Lisbonne, Bonga, et le Sénégalais Ismaël Lo, Sodade. Le chant emblématique qui a fait entrer Cesaria dans la légende.

Par Jocelyne Gallais | akhaba.com | 2012-12-08

Le final du concert en hommage à Cesaria Evora au Cirque d'Hiver

albums relatifs