Yaouank, le plus grand fest-noz à Rennes

evenement

Yaouank, le plus grand fest-noz à Rennes

Lancée le 1er novembre à Rennes, la 13e édition du festival Yaouank (jusqu’au 20 novembre) confirme que cette manifestation annuelle est devenue au fil du temps le rendez-vous imparable de la scène fest-noz actuelle. Organisé par Skeudenn Bro Roazhon avec le soutien de la ville de Rennes, Yaouank présente des artistes confirmés dans la danse, la musique et le chant en langue bretonne ou en gallo. Une grande place est également donnée à la découverte de nouveaux talents. Pendant vingt jours, binious, bombardes, accordéons, danses en costume se succèdent sur les scènes des Champs Libres, du 4 Bis, de l'Etage, de la Cité ou encore de l'immense Musik Hall. Une programmation où les traditionnels kan ha diskan et gwerz bretons, et le folk irlandaise croisent le jazz, le reggae, le rock, l’electro et le rap, faisant de Yaouank, le plus grand fest-noz de Bretagne, rassemblant chaque année des milliers de passionnés.

Bien sûr, la musique bretonne d’aujourd’hui ne se cantonne plus depuis plusieurs décennies aux sonorités traditionnelles et Bayati (mercredi 16) en est un bon exemple. Issus de la Kreiz Breizh Akademi que dirige Erik Marchand, les cinq membres de ce groupe atypique mélangent les mélodies orientales avec des rythmes bretons, montrant, encore une fois, que ces deux musiques ne sont finalement pas si éloignées que ça, unies par les riffs du oud et les variations de la flûte traversière.

Cet automne, la musique celtique est une fois de plus représentée par des artistes bien connus du public rennais, comme le duo bombarde et biniou de Tangi Josset et Yannick Martin (samedi 19). Autres noms emblématique du folk breton répondent également présents, les frères Guichen (jeudi 17), Fred (accordéon diatonique) et Jean-Charles (guitare) inspirés par les gigs et reels irlandais alors que leur camarade David Pasquet (clarinette, bombarde, programmation) vient en trio (samedi 19) mêler ses compositions aux influences traditionnelles à l'electro et au rap. Tous ces musiciens sont des anciens membres du groupe mythique Ar Re Yaouank, les jeunes, en breton, qui ont fait leur petite révolution rock kan ha diskandans le festoù-noz des années 1990.

Egalement ambassadeur d’une musique bretonne plus singulière, le groupe de Haute-Bretagne, Hamon Martin Quintet (jeudi 17), s’inspire des chorus du jazz avec la complicité contagieuse entre la bombarde d'Erwan Hamon, l'accordéon diatonique de Janick Martin, la basse d’Erwan Volant, le cistre de Ronan Pellen, membre aussi du groupe Kejaj, soutenant le chant gallo et vigoureux de Mathieu Hamon (frère d’Erwan). Alors que leurs aînés de Carré Manchot (samedi 19) forment l’un des groupes les plus festifs de la scène bretonne depuis plus de vingt ans avec ses cadences vives de guitare (Gilbert Le Pennec), de flûte traversière (Yannig Alory), d’accordéon diatonique (Yann-Loïc Joly), d’uilleann pipes et whistle (Loïc Blejean). Avec cette diversité, la musique celtique, parfois déroutante, surtout enthousiasmante, n’a pas fini de passionner… et le festival Yaouank de rassembler !

Par Julie Fagard | akhaba.com

albums relatifs