Le 24e Festival de gwoka de Saint-Anne est lancé

evenement

Le 24e Festival de gwoka de Saint-Anne est lancé

Créé en 1987, le Festival de gwoka de Saint-Anne (du 9 au 14 juillet), station balnéaire au sud de Grande-Terre, Guadeloupe, est devenu un événement marquant de l’archipel antillais où ce genre musical, chanté et dansé, se confond pratiquement avec l’identité locale. Une musique que le collectif Akiyo (absent cette année) fait connaître sur plusieurs scènes du monde depuis plus d’un quart de siècle tout autant que Kan’nida (mardi 12 juillet), le groupe familial Geoffroy qui étale sa maîtrise exceptionnelle des rythmes fiévreux des rites funéraires jusqu’à ceux de la satire, de la chronologie du quotidien et de la résistance qui font la culture du gwoka.

Mélange de concerts, colloques, ateliers, défilés, cette 24e édition a pour thème lyannaj pou gwoka, lien, union, pour le gwoka, réunissant des dizaines d’artistes, connus et moins connus, de toutes générations, pour des soirées léwóz sur la plage de Sainte-Anne, des exhibitions dans ses rues. Le festival est une occasion d’apprécier le gwoka dans tous ses états avec une dizaine de formations aux styles différents comme celui de Simen Kontra (samedi 9), le groupe fondé en 1993 par le guitariste Christian Laviso pour explorer les liens entre jazz et tambour ka, toutes deux musiques de l’improvisation. Ce jazz-ka est placé sous l’étiquette générique gwoka moderne, alors que la troupe Ka Sanblé vient jouer (samedi 9) le ka traditionnel du carnaval, ainsi que le collectif Kréyatif'ka (mercredi 13), des Rozan Monza, Patrice Gauthiérot, frères Dorville), rompu aux longues nuits léwóz où s’exprime l’âme guadeloupéenne.

albums relatifs