Les Suds à Arles, 16e édition

evenement

Les Suds à Arles, 16e édition

description: 

 

 

 

 

 


Photo : Stéphane Barbier

Baignée par le Rhône, Arles est une ville gâtée par l’histoire qui lui donne, outre ses arènes romaines du Ier siècle, un amphithéâtre du Ier siècle avant J.-C. pour accueillir les grands concerts et un archevêché du XVIIe siècle, dont la cour paisible et ombragée rassemble un public plus propice à la contemplation. Comme celui qui vient vendredi 15 juillet écouter les chorus virtuoses et raffinés des Palestiniens Ahmad Al Khatib au oud et de Youssef Hbeisch aux percussions.

Un prélude au concert attendu au Théâtre Antique d’Afrocubism, la réunion des Cubains Eliades Ochoa (chant, guitare) et du groupe Patria, et les doigts d’or du Mali mandingue, Toumani Diabaté (kora), Djélimady Tounkara (guitare) et Bassekou Kouyaté (n’goni). Ils précédent sur scène le détonnant groupe de rumba congolaise, Staff Benda Bilili.

Même lieu, même heure, le samedi vibre aux voix grave d’Angélique Ionatos et fine de Katerina Fotinaki qui, après leur création Comme un jardin la nuit, propose Anatoli, soit en grec, le Levant, l’Orient, le lever du soleil, un spectacle qui se joue des frontières avec des arpèges de guitares subtils pour soutenir leurs chants amoureux de la langue hellène et de ses poètes.

Elles laissent leur publique s’enivrer à leur suite des voix prenantes de l’Iranien Alireza Ghorbani et de la Tunisienne Dorsaf Hamdani. Ils chantent en persan et en arabe leur création Ivresses, interprétant les fameux Quatrains du plus célèbre poète (philosophe, mathématicien, astronome) de l’islam reconnu pour ses éloges du vin, le Perse mystique Omar Khayyâm (XIe-XIIe siècles).

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com

albums relatifs