L’Alhambra au Fil des Voix 2015

evenement

L’Alhambra au Fil des Voix 2015

description: 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dorsaf Hamdani © Brounch

En deçà des clivages, la création musicale offre autant de possibilités que de combinaisons entre les genres, les artistes et leurs instruments.  Avec sa programmation « au-delà des catégorisations et des frontières musicales », le festival Au Fil des Voix opère depuis huit années déjà cette cléromancie savante, sur les scènes de l'Alhambra, du studio de l’Ermitage. Avec, comme son nom l’indique, une exigence inconditionnelle pour le chant.

Briser les frontières. Détourer des genres lointains. Chercher des synergies entre eux. Cette alchimie n'est pas étrangère au label français Accords Croisés. Le label et le festival ont fait de la « rencontre des altérités culturelles » leur marque de fabrique, programmant, selon eux, des combinaisons d'artistes d'horizons divers qui innovent au gré de leurs rencontres, ou d'autres encore, imprégnés de leurs racines au moment où ils investissent d'autres sonorités. Logiquement, la huitième édition du Festival (29 janvier-9 février 2015) s'arroge en tête d'affiche les projets et poulains d'Accords Croisés : Dorsaf Hamdani, Sirventés, Ali Reza Ghorbani...

Le 1er février, Françoise Atlan ouvre le feu sur scène avec Chants séfarades de l’ex-Empire ottoman, un nouveau projet scénique avec l'ensemble En Chordais, quelque part entre le smyrnéïko et ses albums précédents avec l'Ensemble Constantinople. Leur album correspondant,  Aman ! Sefarad… Kantigas de Selanika a Estambol (Buda Musique, 2015) vient à peine de sortir, et ce sera donc un grand moment d'aman à découvrir en quasi-scoop.

Buzz de l'année 2014, le groupe iconoclaste Söndörgö défendra le 3 février sur la scène du Studio de l'Ermitage son dernier album Tamburocket Hungarian Fireworks (World Music Network, 2014). L'occasion pour les festivaliers de découvrir sur scène les tamburas déjantées de ces jeunes multi-instrumentistes surdoués, dévoués aux genres musicaux hérités des populations slaves du sud de la Hongrie.

Retour à l’Alhambra : parmi d'autres révélations récentes, la rencontre inattendue de Manu Théron, Youssef Hbeisch et Grégory Dargent (Hijâz’Car). Pour le projet Sirventés, les trois artistes se sont improvisés trouvères modernes autour de la poésie occitane contestataire du 13ème siècle. Un univers satyrique, où la musique hésite entre airs anciens et composition. Les festivaliers en découvriront le rendu sur scène à l'Alhambra, le soir du 5 février.

Le 6 février viendra le tour de la diva tunisienne Dorsaf Hamdani de présenter sur scène son hommage conjoint aux chanteuses Barbara et Fairouz. Un rendez-vous très attendu des aficionados, à présent nombreux, de cette grande voix confirmée, et sans doute un temps fort du festival. Les organisateurs, qui retiennent sa modernité relative, l'ont d’ailleurs invitée à la table ronde « Quelles musiques du monde dans un nouveau monde ? », le 7 février à l'Alhambra.

Le vocaliste iranien Ali Reza Ghorbani, partenaire acclamé de Dorsaf sur les fameuses Ivresses d’Omar Khayyâm (Accords Croisés, 2010) lui succèdera le soir du 6 février pour un nouveau concert sonnati. Alors que les admirateurs de ses Calligraphies Vocales (Accords Croisés, 2004) peuvent les redécouvrir en réédition persane 2 CD (Barbad, 2010), le maestro, très prolifique dans son pays, présentera ce soir-là son tout dernier set international (album Eperdument, Accords Croisés, février 2015).

Passées ces têtes d'affiche incontournables, place aux découvertes, chères au festival : citons le rock-tarentelle d'Antonio Castrignano (7 février, 20h30), les dialogues entre la voix et le violoncelle du duo italo-albanais Hasa-Mazzotta (4 février, 20h30) et le rock alternatif libanais de Mashrou’ Leila (9 février, 20h30).

Par son intensité, le festival est un des temps forts de cette saison musicale 2015. Une programmation radicale, très dense, sur plusieurs sites, ce qui contraint à faire des choix. Les retardataires ne seront pas en reste : une session de rattrapage se tiendra au Théâtre du Nymphée (Vaison la Romaine) du 4 au 7 août 2015.

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com

albums relatifs
Mots cles
dans la boutique
et aussi sur akhaba.com
sur le web
Partager | translate
commentaires