En Chordais enflamme les Nuits du Rébétiko

concert

En Chordais enflamme les Nuits du Rébétiko

description: 

 

 

 

 

Photos Giannis Papanikolaou

Pour une nuit du Rébétiko à l'Institut du Monde Arabe, le quintet grec En Chordais interprétera sur scène, ce samedi 25 mai, ses dernières compositions. Dans le sillage de son leader charismatique et oudiste chevronné Kyriakos Kalaitzides, la formation orientaliste aux couleurs du centre culturel du même nom, réinventera la dolce vita jubilatoire des cafés du Pirée des années 1920-30.

Depuis 1993, le quintet En Chordais s'est plutôt fait connaitre par ses pérégrinations musicales savantes vers l’Asie Mineure, Kalaitzides oscillant perpétuellement entre musique traditionnelle grecque et héritage classique ottoman. Sa Méditerranée virtuelle s’étend à l’Est, bien au-delà des seuls pays riverains. Inspiré par cette musique turque, il en a parfaitement étudié les maqâms. Le centre culturel En Chordais lui doit ainsi une collection faisant référence de disques instrumentaux de la tradition musicale classique, de l’Adriatique à la Perse.

La nostalgie ne contraignant pas à l’austérité, le groupe revisite à présent d’autres genres avec une inspiration quasi-juvénile pour l’improvisation. Son quintet (qanun, violon, riqq, oud, contrebasse) s’adonne autant à la musique ottomane ancienne qu'à la frénésie des soirées grecques du début du 20ème siècle.

Depuis leur participation à l’album Melos, le groupe s’est aussi ouvert à d’autres influences, telles les mélodies antiques du Cham ou les raretés du smyrnéïko, ancêtre orientalisant du rebétiko du Pirée. La compilation «byzantine» éditée par le label Ocora en 2010 dépoussiérait avec fraicheur et brio nombre de perles de l’entre-deux guerres, chants de corporations ou ritournelles oubliées de la Mer de Marmara.

Touché par la démarche, l'Institut du monde arabe a naturellement retenu ce groupe touche-à-tout pour raviver sur scène ces nuances les plus orientales du rebétiko. Une fois échauffés, ses musiciens pourraient troquer en seconde partie le qanun pour le bouzouki. Assistera-t-on à la fantaisie perdue du smyrnéïko des débuts ? Probable. Et à la saudade des soirées oubliées du Pirée, aussi ? Il en est question.

Par Pierre D’Hérouville | akhaba.com | 2013-05-24

albums relatifs