Des légendes de Cuba jouent à Enghien

concert

Des légendes de Cuba jouent à Enghien

description: 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos Rafael Valiente

Ce mois de mars est décidément bien sonero puisque, après la venue de Sierra Maestra au New Morning, les amateurs auront droit ces vendredi 23 et samedi 24 mars à un spectacle d’exception, nommé les Légendes de Cuba. Ce nom ne vous dit rien ? C’est normal.

Dans le Val-d’Oise (95), le Centre des arts d’Enghien s’est fait une spécialité de ces assemblages faits maison –après Pancho Amat et ses invités ou le Café Vista Alegre– de grandes figures de la musique cubaine, un peu selon le concept du ventú. Le ventú est un ensemble informel monté au gré des affinités ou au hasard des rencontres dans le dessein d’une bonne descarga (bœuf) ou parfois d’un enregistrement. Ven tú (toi, viens) est donc devenu l’expression consacrée qui attise la curiosité des aficionados.

Si pour des raisons évidentes d’organisation l’événement a été préparé de longue date et avec minutie, l’essentiel demeure : susciter la rencontre de chanteurs et musiciens qui, s’ils se connaissent depuis longtemps, ne jouent pas ensemble de manière régulière.

Garantie de qualité, le projet s’appuie sur l’expertise et la direction musicales de Joaquín Betancourt, ex-violoniste et directeur du groupe Opus 13, passé à la production d’événements ou de disques tels cet All Stars autour de la rumba récompensé d’un Grammy award en 2001, La Rumba soy yo.

Parmi les instrumentistes, on relèvera la présence du contrebassiste Fabián García, qui côtoya Rubén González au sein de la charanga d’Enrique Jorrín, créateur du cha cha chá. Et surtout le vétéran Emilio del Monte au timbal ; son curriculum vitæ a des allures de bottin téléphonique avec Bebo Valdés, le combo de Chucho Valdés (et au passage le mythique album avec Guapachá en 1964), Niño Rivera, Pacho Alonso, Emiliano Salvador, Cubanismo, Maraca, Roberto Fonseca et un « etc. » long comme un jour sans pain.

Teresa García Caturla (Tete) a fait l’essentiel de sa carrière au sein du Cuarteto Las d’Aida (1963-1998), mais elle est peut-être plus connue en tant que membre des Estrellas Areito ou plus récemment de l’Afro-Cuban All Stars. Sa voix légèrement éraillée, sa présence scénique et son exubérance lui assurent l’adhésion du public. Félix Baloy (Orquesta Revé, Adalberto y su son, Afro-Cuban All Stars) est l’un de ces soneros comme on n’en fait plus, pur produit de la rue où il « criait » des journaux dans sa jeunesse.

Enfin Tiburón Morales c’est LA voix du conjunto Son 14, dont il fut fondateur avec Adalberto Alvarez. L’homme au panama avait laissé un excellent souvenir aux habitués du Centre des arts lors de sa venue en février 2008. Avec de tels metteurs d’ambiance on peut être sûr de voir exploser les thermomètres !

Par Didier Ferrand | akhaba.com | 2013-03-19

albums relatifs