Régis Gizavo fait Paris

concert

Régis Gizavo fait Paris

description: 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Photo Marc Rouvé

Depuis des années, Régis Gizavo est trop sollicité par ses pairs pour pouvoir réaliser plus souvent ses propres albums comme le font beaucoup d'autres avec une régularité métronomique mais pas toujours avec brio.

Le brillant joueur du piano à bretelles publie aujourd’hui, six ans après son précédent enregistrement solo, Ilakake, un album délicat, des chants vaguement nostalgiques qu’il vient défendre le mardi 17 décembre dans la vitrine parisienne du jazz et des musiques du monde.

L’accordéoniste chanteur malgache, et guitariste aussi, est épaulé par Patrick Goraguer (piano) et David Mirandon (batterie, percussions), son complice depuis son premier enregistrement en 1995, l’année où Régis quitte I Muvrini de Jean-François et Alain Bernardini après deux ans de bons et loyaux services.

Il faut dire que le prodige du soufflet, venu de Tuléar, premier port de Madagascar, s’était vite fait remarquer par les frangins novateurs de la polyphonie corse, suite à sa découverte en remportant le… prix Découverte RFI 1990.

Une consécration qui lui permet depuis de s’installer en France où il est abondamment sollicité (Jacques Higelin, Graeme Allwright, Mano Solo, Cesaria Evora, Tcheka, Lura, Boubacar Traoré, Christophe Mahé…) pour son doigté fin, la souplesse d’un poignet qui sait interpréter tous les styles et surtout y innover, apportant à chaque fois une touche personnelle, difficile à cataloguer.

Un groove acoustique nourri par les musiques de l’enfance, entre le bal musette animé par son instit et accordéoniste de père, la tradition des pêcheurs de sa région et les cantiques de la paroisse de son quartier.

Durant les vacances scolaires dans le village d’origine de sa mère, Régis découvre les rythmes traditionnels ruraux tel le renitra, racine du moderne tsapiky, joué alors sur un accordéon diatonique, que Gizavo transcrit sur un chromatique, lui donnant un effet apaisant, voire purificateur, un pouvoir mystérieux.

Par Bouziane Daoudi | akhaba.com | 2012-12-17

albums relatifs