Feu et eau à La Courneuve

concert

Feu et eau à La Courneuve

Le samedi 9 février, la Maison de la culture Guy Môquet de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) propose une belle soirée féminine, quelque part entre la brûlure du feu et la limpidité de l’eau, de la flamme de Rocío Márquez à la fluidité d’Ameylia Saad Wu. Cette dernière exprime déjà par ses origines tout un programme musiques du monde : une Sino-Libanaise grandie à La Réunion, l’île mosaïque.

Ameylia (en première partie) pose sa voix soprano, imprégnée d’accents mystérieux, sur une harpe aux compositions méditatives, des notes coulantes, sensibles. L’artiste produit une musique faite telles les vagues successives et douces d’un océan apaisé. D’ailleurs, elle se sent inspirée par le mythe de la sirène, évoluant dans un univers onirique, avec quelques réminiscences nostalgiques.

Ameylia Saad Wu joue à la croisée des chemins, entre reprises du patrimoine et créations propres. Sa harpe est celtique quand elle s’éprend de thèmes irlandais, puis devient musique de cour impériale chinoise. On y décèle aussi la formation musique classique de la musicienne, attentive aux beautés, aux miracles de la nature qu’elle magnifie dans un lyrisme charmeur qui enchantera sûrement cette programmation musiques du monde, dénommée Concerts PolySons.

Rocío Márquez, poursuit la soirée avec son chant flamenco clair, ouvert, moins connu, moins convenu que celui du cante jondo doloriste, gitan. Non gitane, née en en Andalousie, elle possède une connaissance excellente des différents modes du flamenco qu’elle pare de son timbre cristallin, légèrement retenu, accompagnée par un guitariste qui sait donner des moments de respiration, de souffle inspirateur à la jeune cantaora

 La naissance publique de Rocío se fait en 2008, à vingt-deux ans, dans la région de Murcie, au concours flamenco de La Unión, une compétition sévère réservée chaque été aux artistes débutants dont elle remporte quatre prix. L’autre fait marquant reste sa solidarité en juillet 2012 avec des mineurs grévistes de la région de León contre la fermeture de leur site quand la télé espagnole montre l’artiste chantant a cappella en bleu de travail au fond d’un puits de charbon.

Par Dominique Dupeyron | akhaba.com | 2013-02-06

albums relatifs