Zakir Hussain frappe à Paris

concert

Zakir Hussain frappe à Paris

Qui ne le connaît pas et connaît la musique indienne ? Personne. Qui ne le connaît pas et connaît le jazz ? Personne. Le prodigieux percussionniste indien est à la croisée de ces deux mondes, deux univers qui ont en partage le sens de la rigueur et le culte de la liberté. Même les rockers savent qui est le fils aîné d’Alla Rakha (1919-2000), ustad, maître du tabla, principale percussion de la musique hindoustani, complice du sitariste Ravi Shankar qu’il a accompagné à Woodstock en 1969 !

Zakir Hussain, qui a joué en duo avec son père et avec Shankar, perpétue donc l’héritage paternel, en fait l’attitude, l’ouverture d’Ustad Rakha. A sa la manière, le frais sexagénaire développe un jeu de tabla inégalé, poussant le legs dans une nouvelle dimension. Il revient lundi 5 novembre au Théâtre de la Ville dont il a déjà enchanté le public avec ses improvisations insensées et d’une précision époustouflante.

Musicien de 250 albums, collaborateur de dizaines de vedettes du jazz ou de la musique savante indienne tel le maître de la flûte bansuri Hariprasad Chaurasia, en concert dans le monde pratiquement la moitié de l’année, Zakir Hussain, a l’exemple de Ravi Shankar qui a popularisé dans le monde le sitar, a universalisé le tabla, captivant même un public jeune occidental, amateur de rock et de pop.

Cette, fois le légendaire percussionniste est à Paris dans une formation classique indienne, étalant sa maîtrise des râgas, les modes savants, avec un sitariste téméraire, Niladri Kumar, et le jeune virtuose du sarangi Dilshad Khan, neveu de Sultan Khan (1940-2011), maître de l’instrument et qui a longtemps joué avec Zakir. Le trio est complété par Sridar Parthasarathy au tambour mridangam et Uma Shankar au pot de terre ghatam, deux percussions de la tradition carnatique.

Par David Marif | akhaba.com | 2012-11-04

Solo de tabla de Zakir Hussain lors dun concert organisé pour l'anniversaire de Pandit Anindo Chatterjee à Calcutta en 2011

albums relatifs