Décès de la Camerounaise Bébé Manga

breve

Décès de la Camerounaise Bébé Manga

Une grande voix africaine s’est tue le 1er juillet 2011. La Camerounaise Bébé Manga, alias Elizabeth Bessem Ayamo Manga, a été emportée par une crise cardiaque alors qu’on la conduisait suite à un premier malaise vers l’hôpital Laquintinie de Douala, la métropole économique de son pays. Les anciens se souviennent de son tube continental, Amio, une belle reprise  en 1980 sur guitares électriques tournoyantes, batterie lancinante, trompette et trombone scintillants, du titre original Amié, chanté à la radio en 1962 par son compatriote Ebanda Manfred (1936-2003), un des pères du makossa moderne : « Amie quand croiras-tu enfin en mon amour ».

Un artiste alors sans expérience, truandé par « le bizness » alors que sa chanson autobiographique a été pillée sur tous les continents, dans tous les styles, zouk, rumba, rap, soul, bossa, pop, rock, chanson française... Les Camerounais Francis Bebey, Manu Dibango, les Ivoiriennes Monique Seka, Nayanka Belle, la Béninoise Angélique Kidjo, l’Américain Harry Belafonte, le collectif franco-congolais Bisso Na Bisso, le Belgo-Congolais Papa Wemba, l’Antillais André Astasié, le Guyanais Henri Salvador, tous s’y sont essayés. Bébé Manga, elle, a été récompensée par les Maracas d’Or de la Sacem pour son adaptation avec une voix claire et fine, un timbre de bébé qui lui a provoqué son pseudo par la presse ivoirienne.

Bébé Manga a commencé au milieu des années 1970 dans un maquis, resto et club de nuit, d’Abidjan où elle a été découverte. Anglophone du sud-ouest du Cameroun, fille d’un musicien et d’une choriste, Bébé Manga chantera d’autres réussites africaines, comme Diakamba, Mota Benama, Na Méa. Malgré des problèmes de santé dus à sa surcharge pondérale, la Princesse du makossa, autre surnom, continuait la scène où le public l’a applaudie une  dernière fois à Douala lors d’un concert dit la Soirée républicaine, une semaine avant sa disparition à soixante-trois ans.

Par B. D. | akhaba.com

albums relatifs
Mots cles
portrait: 
Instruments: 
Genre: 
dans la boutique
Partager | translate
commentaires