Youssou N’Dour appelle l'Afrique à se mobiliser contre la famine

breve

Youssou N’Dour appelle l'Afrique à se mobiliser contre la famine

description: 

 

 

 

 

Youssou N'Dour © Henryk Kotowski

Youssou N’Dour est écœuré. A l’issue de sa visite dans l’est du Kenya, à Dadaab, le plus grand camps de réfugiés au monde où arrivent ces derniers mois des dizaines de milliers de Somaliens fuyant la sécheresse et les violences dans leur pays, la star sénégalaise en veut ce mardi 6 septembre aux Africains indifférents à la famine qui sévit dans la Corne de l’Afrique. « Chaque fois qu'il y a un problème ce sont les Occidentaux qui sont au premier plan. Où sont les Africains ? On les voit un peu partout, mais pas quand il y a une crise chez nous », déplore cet ambassadeur de l’Unicef depuis une vingtaine d’années. Le chanteur exhorte l'Afrique à être « au premier plan » pour venir en aide aux victimes de la sécheresse dans cette région, la pire en des décennies selon les Nations unis et qui frappe plus de 12 millions de personnes.

Une situation aggravée en Somalie par 20 ans de guerre civile et où les six provinces déclarées par l'Onu en état de famine se trouvent toutes dans le sud du pays, largement contrôlé par les rebelles islamistes shebab. « Les Africains ont toujours l'habitude de tendre la main et j'ai voulu taper sur la table et dire qu'on peut résoudre nos problèmes », a déclaré à l’AFP Youssou N’Dour. Il tente de mobiliser ses confrères africains et mondiaux et retrouver l’esprit des Live Aid caritatifs depuis 1985, notamment le dernier en 2005 auquel il a participé à Londres pour inciter les dirigeants des pays les plus riches à effacer les dettes qu’ils détiennent sur les les plus pauvres.

Une initiative née à la suite de la mobilisation artistique par le chanteur irlandais Bob Geldof contre la famine en Ethiopie dès 1984, et où allaient se révéler ses compatriotes de U2. Aujourd’hui, leur leader Bono assure Youssou N’Dour de son soutien. « Il m'a appelé et m'a dit “je suis derrière toi », dit le roi du mbalax de Dakar. Il ajoute : « Les initiatives qui auront lieu ne seront pas des initiatives qui viennent de là-bas (d’Occident, NDLR), mais plutôt qui viennent d'ici. C'est ça aussi qu'il faut faire pour avoir un peu de dignité ». Dans la Corne d'Afrique, 750 000 personnes risquent de mourir de faim dans les mois à venir.

albums relatifs
Mots cles
portrait: 
Instruments: 
Région: 
Genre: 
Thème: 
dans la boutique
Partager | translate
commentaires